Beslan, 10 ans après…

Le 1er septembre, un groupe de combattants nords-caucasien lourdement armés s’emparait d’une école dans la ville de Beslan (Ossétie du Nord) et prenait en otage 1.100 élèves et enseignants, le jour de la rentrée scolaire. Trois jours plus tard, le dénouement sanglant faisait près de 385 morts – dont 156 enfants –  et 700 blessés, . Deux ans après la prise d’otage spectaculaire de Nord-Ost , cet épisode marquait un nouveau tournant dans le conflit tchétchène et dans la vie politique russe, notamment lorsque le président V. Poutine supprime l’élection des gouverneurs afin de renforcer le contrôle sur les pouvoirs régionaux.

De nombreuses zones d’ombres demeurent quand aux responsabilités dans l’enchainement des événements qui a abouti à autant de victimes, qu’il s’agisse du refus des négociations avec les preneurs d’otages jusqu’au déclenchement de l’assaut et au tye d’armes utilisées. Les enquêtes menées par des organisations indépendantes, rassemblant notamment des parents de victimes n’ont pas abouti et des associations ont été fermées. Dix ans plus tard, la ville est encore profondément marquée par cet événement, qu’il s’agisse des anciens élèves survivants ou de leurs familles. Le sondage du centre Levada analyse quant à lui l’évolution de la perception de l’événement.

A lire :  Saffrais Guylaine, « 27. Russie : les « zones d’ombre » du massacre de Beslan », in Didier Bigo et al., Au nom du 11 septembre… La Découverte « Cahiers libres », 2008 p. 350-362. John B. Dunlop, The 2002 Dubrovka and 2004 Beslan Hostage Crises. A Critique of Russian Counter-Terrorism. With a foreword by Donald N. Jensen. Stuttgart: Ibidem-Verlag, 2006, 166 pages, voir recension


Anne Le Huérou

Maîtresse de conférences à l’Université Paris Nanterre,
Institut des sciences sociales du politique (ISP UMR 7220),
associée au CERCEC (UMR 8083)

More Posts - Website

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *