Mardi 23 juin dans le cadre des 40 ans de l’EHESS : L’Union soviétique : révélateur de notre modernité ?

Modernité et Union soviétique :
Quels apports de la sociologie et de la philosophie pour l’histoire ?

Workshop dans le cadre de l’anniversaire de l’EHESS

Le 23 juin 2015, 9h30-18h, salle Lombard, 96 bd Raspail

L’historiographie de l’Union soviétique des années 1990 oppose les tenants de la conception « néo-traditionnaliste » de la société soviétique et ceux qui voient dans l’expérience soviétique une expression de la modernité. Les premiers, inspirés dans leur grande majorité par les travaux de S. Fitzpatrick, insistent sur la persistance au sein de la société soviétique des pratiques et des structures du régime tsariste : les pétitions, les dénonciations, les rapports patrons-clients, le blat (des liens personnels dits « utiles » qui permettent d’échanger des biens et des services) ou l’assignation des statuts sociaux. Les « modernistes » s’attachent à montrer que les pays du bloc communiste ont connu des formes de modernité comparables à celles des sociétés occidentales. La planification, la protection sociale des individus, la participation des experts aux projets politiques, la surveillance, la discipline individuelle et collective sont présentés comme des traits typiques de la modernité .
Cette réflexion sur la modernité s’inscrit dans un débat plus large qui émerge à la fin des années 1990 autour des modernités multiples ou des modernités alternatives . Les événements dramatiques du XXe siècle, en particulier l’extermination des Juifs, deviennent la pierre d’achoppement pour penser la modernité, en ce que la modernité est envisagée sur le mode du développement linéaire de l’histoire. La théorie des modernités multiples et/ou alternatives désoccidentalise alors la conception de la modernité par le biais d’études comparatives localisées. À propos de l’Union soviétique, la perspective s’est toutefois le plus souvent limitée à la question de l’Etat : modernisateur ou pas. Or, cela a finit par aboutir, selon Anna Krylova, à une impasse historiographique liée au fait que les historiens transposent sur la deuxième moitié du XXe siècle des phénomènes apparus dans l’entre-deux-guerres, notamment l’appropriation par les individus des clichés du discours officiel pour la communication efficace avec les autorités (le fameux « speaking bolshevik » de S. Kotkin ).
Des travaux récents se sont développés sur les subjectivités, sur l’espace public ou sur les formes d’expression qui peuvent permettre de reposer la question de la modernité en la sortant des apories dans laquelle elle s’était enfermée. Cette journée d’études se propose donc de revenir sur les conceptions de la modernité afin de penser l’expérience soviétique en engageant un dialogue avec des historiens non spécialistes de l’Union soviétique, des sociologues et des philosophes de l’EHESS dont des réflexions récentes ont exploré à nouveaux frais le phénomène de la modernité. Il s’agira de tisser des passerelles interdisciplinaires en interrogeant la modernité à travers plusieurs points :
– les termes du débat historiographique (quelle place il laisse aux travaux de sociologues et de philosophe ? quelles références il mobilise ? quels courants de pensée sont passés sous silence ou exclus des définitions théoriques ?) ; dans quelle mesure la notion de modernité largement utilisé aide à avancer les sciences sociales ?
– l’intérêt de distinguer des modernités et avec quels objectifs ;
– la possibilité d’historiciser la modernité et selon quels critères ;
– la réductibilité de la modernité à l’Etat.

Programme

Programme

 9h30-10h00. Introduction par Larissa Zakharova

10h00-10h20. Juliette Cadiot. L’Union soviétique, n’a-t-elle jamais été moderne ? Autour des débats historiographiques

10h20-10h40. Commentaire et ouverture par Cyril Lemieux

10h40-11h00. Discussion

11h00-11h15. Pause

11h15-11h35. Alain Blum. Le concept de modernité est-il vraiment utile pour comprendre l’URSS ?

11h35-11h55. Commentaire et ouverture par Francesco Callegaro

11h55-12h15. Discussion

12h15-13h30. Déjeuner

13h30-13h50. Catherine Gousseff. L’homogénéisation des hommes comme expression de la rationalité moderne

13h50-14h10. Commentaire et ouverture par Bruno Karsenti

14h10-14h30. Discussion

14h30-14h50. Françoise Daucé. La modernité à l’épreuve de l’autoritarisme en Russie post-soviétique

14h50-15h10. Commentaire et ouverture par Antoine Lilti

15h10-15h30. Discussion

15h30-15h45. Pause

15h45-17h00. Table ronde animée par Alessandro Stanziani. Décentrer le regard : modernité et aires culturelles. Avec des interventions d’Emmanuel Szurek, d’Isabelle Thireau et d’Aleksandra Kobiljski

17h00-17h30. Discussion générale

17h30-18h00. Conclusion par Bruno Karsenti et Antoine Lilti

http://40ans.ehess.fr/files/2015/06/Modernit%C3%A9-et-union-sovi%C3%A9tique-mod%C3%A8le.pdf


Anne Le Huérou

Maîtresse de conférences à l'Université Paris Nanterre, Institut des sciences sociales du politique (ISP UMR 7220), associée au CERCEC (UMR 8083)

More Posts - Website

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *