Archives de catégorie : vie politique

Réforme de l’Académie des sciences : création de l’Agence fédérale des organismes scientifiques (FANO)

L’Agence fédérale des organismes scientifiques devient la tutelle des instituts de recherche : elle définit les programmes de recherche fondamentale qui seront subventionnés par l’Etat et évalue l' »efficacité » (y compris scientifique) des instituts. Elle est également garante de la protection des données constituant un secret d’Etat.
Son directeur, désigné par le gouvernement en accord avec le Président de la Fédération de Russie, nomme les directeurs d’instituts de recherche.

Voir également :

– les remarques et propositions de l’Académie des sciences (14/10/2013) sur le projet de Règlement de l’Agence, adopté le 25/10/2013.

– un article de Gazeta.ru sur les conflits autour de la délimitation des compétences de l’Agence en amont de l’adoption du Règlement : «Поздравляем вас, товарищи, с созданием Миннауки» (13/10/2013),

– la biographie de Mikhail Kotioukov, anciennement vice-ministre des Finances, nommé à la tête de l’Agence,

– le site Реорганизация Российской академии наук 2013. Хронология, мнения, протесты; наука в РАН,

– la liste des organismes passés sous la juridiction de l’Agence,

– Un article sur les changement dans le financement de la recherche (formation de commandes d’Etat – goszadanie -, accroissement du financement de la recherche fondamentale sur projets au détriment du financement récurrent), la direction des instituts de recherche (instauration d’un âge limite, création du poste de directeur scientifique) et l’établissement d’un moratoire d’un an sur tout changement relatif à la propriété de l’Académie des sciences (janvier 2014).

 

Le monde à l’envers ? L’Etat russe attribue des subventions aux organisations de défense des droits de l’homme

La Chambre sociale (Obscestvennaia Palata) de la Fédération de Russie a publié le 28 août 2013 la liste des lauréats des subventions présidentielles attribuées aux associations. 1087 projets ont été retenus, qui se partageront 2,3 milliards de roubles (près de 6 millions d’euros). Dans cette vague de distribution, les associations de défense des droits de l’homme n’ont pas été oubliées. Dans ce domaine, de nombreuses organisations, qui avaient été victimes au printemps des contrôles liés à l’application de la loi « sur les agents de l’étranger », se voient aujourd’hui attribuer des financements publics pour leurs activités. L’association Memorial recevra ainsi 10 millions de roubles (environ 200 000 euros) pour le financement de 4 projets. Le groupe Helsinki de Moscou a obtenu une aide pour financer un projet de suivi de la réforme du ministère de l’Intérieur. L’association « Pour les droits de l’homme » a, elle, reçu 5 millions de roubles pour son projet d’« Ombudsman civique ». De nombreuses autres organisations, qui reçoivent des financements internationaux, seront aussi bénéficiaires de ces aides (Sova, Comité contre la torture, Contrôle civique, Agora…). Ce soutien public est évidemment contradictoire et paradoxal quand on sait les pressions qui s’exercent sur les associations depuis de nombreuses années en Russie, mais plus encore depuis la réélection de V. Poutine en 2012. La Chambre sociale a pourtant affirmé que les associations considérées comme des « agents de l’étranger » par le Parquet pourront toucher ces subventions. Les associations concernées sont mal à l’aise face à cette politique ambivalente, cette douche écossaise qui alterne menaces et rétributions. Tout en saluant la reconnaissance de leur travail et de leur « utilité publique » par le pouvoir que ces subventions constituent, beaucoup de militants regrettent la modestie des sommes qui leur sont attribués alors que de grosses subventions sont attribuées à des projets à l’intérêt incertain. Des institutions aussi peu associatives que l’Université d’Etat de Moscou ou le journal Literaturnaia Gazeta ont ainsi reçu des subventions présidentielles. La majorité des projets financés par l’Etat sont des initiatives patriotiques ou orthodoxes. Pour Lev Ponomarev, de l’association « Pour les droits de l’homme », les aides apportées aux défenseurs des droits de l’homme sont finalement « décoratives ». Il n’en demeure pas moins que ce processus d’attribution de financements publics aux associations de défense des droits de l’homme russe contribue à la transformation du secteur associatif en Russie et constitue le deuxième volet de la mise en œuvre de la loi « Sur les agents de l’étranger ». Après l’épisode répressif du printemps, marqué par les contrôles du Parquet dans les associations et la distribution d’avertissements et d’amendes aux associations recevant des financements étrangers, le gouvernement entend désormais contribuer à la rupture des liens financiers des organisations russes avec leurs bailleurs internationaux en s’y substituant partiellement.

Françoise Daucé, Université Blaise-Pascal, Clermont Ferrand / CERCEC / IUF

Un mois d’aout à Golianovo : la lutte contre l’immigration illégale, la corruption policière, et l’élection municipale de Moscou

Bonjour, ce billet reprend quelques aspects de l’actualité de l’été en Russie sur la question des discours et politiques mises en oeuvre sur les migrations. Les liens à activer dans le texte renvoient sur des articles en russe. bonne lecture,

Anne Le Huérou, Université de Nanterre /CRPM, CERCEC

A quelques semaines d’une élection municipale très médiatisée dans la capitale russe, la « question migratoire » est revenue sur le devant de la scène cet été en Russie, à la faveur d’un incident révélateur du brouillage entretenu de manière récurrente sur ce dossier. L’élément déclencheur, l’attaque contre un policier venu effectuer une arrestation sur un marché par un groupe de personnes originaires du Daghestan – n’a que peu de rapport avec ce qui suit — une série de raids sur les marchés aboutissant à l’interpellation de plusieurs centaines d’étrangers en situation irrégulière, en particulier des Vietnamiens, retenus avant leur expulsion dans un camp de toile de fortune, installé durant trois semaines dans le quartier de Golianovo.

Opération « électorale » ou  préfiguration d’une nouvelle étape dans un durcissement de la politique migratoire de la Russie, ces événements ont en tout cas permis aux autorités d’afficher la volonté de lutter contre plusieurs problèmes à la fois : celui des migrants illégaux qui seraient en trop grand nombre, non seulement dans la capitale mais dans tout le pays, un argument récurrent dans le débat public depuis plusieurs années : des centres de rétention pérennes seraient en construction en divers endroits du pays et une loi devrait venir encadrer leur fonctionnement, alors que des groupes de citoyens s’opposent à la construction de camps dans leur voisinage ; mais aussi celui de la corruption des forces de police, et des services en charge des migrants vecteurs de ces illégalismes. Un effet d’aubaine certain pour les autorités à quelques semaines des élections municipales, alors que, comme l’indiquait début juillet un sondage du Centre Levada, plus de la moitié des Moscovites considéreraient que le problème n°1 est la présence trop importante dans la capitale de migrants « du Nord Caucase » et d’Asie Centrale. La confusion entretenue dans le débat public entre travailleurs migrants et citoyens russes de nationalités « non slaves » est un autre élément à prendre en compte.

La presse, notamment électronique, et la blogosphère ont largement couvert ces événements, souvent de manière critique Les migrants ont été au cœur des débats de la campagne électorale, quasiment tous les candidats évoquant les détails de leur politique migratoire, et se livrant à une certaine surenchère nationaliste, alors que les arguments économiques et démographiques en faveur de l’immigration de travail reculent au profit de la nécessité de protéger à la fois la main d’œuvre locale mais aussi de ne pas ralentir la capacité d’innovation et la productivité de l’économie par la présence d’une main d’œuvre trop bon marché. Les statistiques de la criminalité « ethnique » ont aussi été le sujet de vifs débats.

Tandis que les ONG s’émouvaient des conditions de détention et du respect des droits des personnes retenues dans le camp, notamment les demandeurs d’asile, et interpellaient les candidats à la mairie de Moscou, les autorités annonçaient l’ouverture de camps similaires dans toutes les grandes villes du pays et la rédaction rapide d’une loi légalisant ces camps de rétention préalable à l’expulsion des étrangers en situation irrégulière, dont l’expulsion des ressortissants Vietnamiens retenus dans la camp de Golianovo est un premier exemple.. Au cours des opérations sur les marchés, on a observé à plusieurs reprises, notamment à St Petersbourg, la présence de groupes, parfois ouvertement nationalistes  parfois agissant aux cotés de la police ou du service des migrations pour procéder aux « nettoyage » des marchés des migrants illégaux, une pratique était déjà dénoncée il y a plusieurs mois lors que l’UFMS de Moscou avait autorisé la création de milices pour l’aider à lutter contre l’immigration illégale.

Anne Le Huérou

Maîtresse de conférences à l’Université Paris Nanterre,
Institut des sciences sociales du politique (ISP UMR 7220),
associée au CERCEC (UMR 8083)

More Posts - Website

Les entrepreneurs derrière Navalny : tous pour un ? Pas tout à fait…

Le journal Expert évoque le soutient public de plusieurs dizaines d’entrepreneurs du Net qui demandent à Navalny de s’engager sur le respect de la légalité et appellent l’ensemble des milieux d’affaires à soutenir le leader condamné en 1ere instance à 5 ans de prison, toujours candidat à l’élection municipale de Moscou

Tags:

La manifestation du 6 mai 2012 : rapport de la commission d’enquête indépendante

Un des nombreux articles parus sur le rapport de la commission d’enquête menée par des militants d’association de défense des droits de l’Homme et de l’opposition. conférence publque demain 22 avril.

Tags:

Se débarrasser de la société civile ?

En cherchant par les dernières lois (ONG, sites internet, diffamation…) à se débarrasser de la société civile l’opposition organisée et pacifique, le pouvoir pourrait se retrouver face à des mobilisations inattendues.

Tags:

Préparation des scrutins régionaux : éviter à tout prix une "cinquième colonne".

Novaya Gazera publie des notes de l’administration présidentielle russe montrant comment cette dernière organise les nouvelles élections des gouverneurs qui auront lieu le 14 octobre dans de nombreuses régions.

Tags: