Exposition: Moscou 1993 – 14 jours en automne.

expo memo 1993

 

Le 21 septembre s’est ouverte à Moscou l’exposition « Moscou 1993 – 14 jours en automne », basée sur les fonds de la bibliothèque historique de Russie et de l’organisation Mémorial (Mémorial-International et centre des droits de l’Homme)logos totale 2ter

Bientôt à Paris : l’exposition sera présentée à Paris à l’occasion du colloque « Un Octobre oublié : la Russie en 1993 », 18-19 novembre 2013.

L’exposition couvre les événements qui se sont déroulés à Moscou entre le 21 septembre 1993 (Oukaze 1400 de B. Eltsine mettant fin aux pouvoirs du Parlement) et le 4 octobre 1993, où les tanks ont tiré sur la Maison Blanche, siège de celui-ci. Pour les organisateurs de l’exposition, B. Belenkin et E. Stroukova, à l’époque «  le pays s’est divisé en deux camps opposés. La Maison Blanche et la place attenante sont devenus l’arène et le symbole de cette opposition. (…) La Russie actuelle est l’héritière du 4 Octobre 1993. Est-ce ainsi que l’imaginaient les participants de ces événements et les contemporains. Les organisateurs de l’exposition ne prétendant pas répondre à cette question, mais veulent seulement rappeler ce qui s’est passé il y a vingt ans. »1

nb : on trouvera en complément de cette exposition une bibliographie en ligne sur le site de la Bibliothèque historique.

Octobre 1993- la guerre dans le centre de Moscou

Lors de l’inauguration2, le directeur de la Bibliothèque publique historique M. A Afanassiev a noté l’importance pour les historiens du futur de ces documents récoltés lors des événements et des témoignages qui doivent encore l’être. Pour lui, 1993 appartient encore à la vie politique, et l’histoire ne pourra en être écrite que lorsque la distance nécessaire sera atteinte.

A. Roginski, président de Mémorial – International, note qu’il est encore très difficile de dénouer ce « nœud » que constitue 1993. A l’époque, seul les purs défenseurs des droits de l’Homme ont pu trouver une position claire, « empêcher le sang de couler, soigner les blessés », mais pour les autres, c’était le désarroi qui dominait, la difficulté de savoir où était le bien et le mal. Même si l’exposition donne à son avis trop peu à voir la logique du pouvoir, il faut continuer à en parler.

Dmitri Bortko, l’auteur des photographies exposées que l’on trouve également sur son site http://www.borko.ru/coppermine/thumbnails.php?album=27, avait à l’époque une certaine expérience de photographe de guerre, ayant couvert plusieurs des conflits de la périphérie post-soviétique. Mais c’est à Moscou que pour la première fois  il a eu peur. Jusque-là, la guerre avait lieu, au loin : là, elle arrivait au centre de Moscou. « J’ai vraiment senti que l’on était dans une « petite guerre civile » », dit-il, c’était dur, très dur. Des scènes vues en Abkhazie, au Tadjikistan, se déroulaient sous ses yeux sur les boulevards de Moscou, des hommes armés partaient prendre la tour d’Ostankino : on était très loin des « révolutions de velours » espérées à la fin des années 1980. En octobre 1993, il ne souhait la victoire de personne : il voulait juste que cela s’arrête.

Viacheslav Igrunov (ancien leader de Iabloko) avoue lui aussi à quel point il lui est difficile de parler de ces événements. Pour lui, c’est surtout la haine et la violence qui se sont exprimées parmi les démocrates, parmi une intelligentsia à laquelle il s’identifie, qui sont le plus douloureux. Le slogan dominant « qui n’est pas avec nous est contre nous » – qui empêchait à l’époque toute position de compromis – trouve encore des échos actuellement, dans la stigmatisation, au sein de l’opposition, de ceux qui qui exprimaient des doutes face à la candidature de A. Navalny aux élections municipales  de Moscou (« Qui n’est pas avec Navalny est pour Poutine »).

Pour A. Tcherkassov, président du centre des droits de l’Homme Mémorial, beaucoup de choses étaient difficiles à comprendre, difficiles à saisir à l’époque. Au sein même de Mémorial, des membres éminents, anciens dissidents, avaient des positions opposées. Les acteurs eux-mêmes ne savaient pas exactement ce qui se passait, ni ce qui allait se passer. Rien ne justifie le sang qui a été versé, et octobre 1993 est certainement une date tournant dans l’histoire récente de la Russie ;  mais ni la dernière ni la seule. Il faut essayer de se remettre dans la situation de l’époque, à un moment où tout n’était pas encore déterminé.

Selon les évaluations de Mémorial, la crise d’octobre 1993 a coûté la vie à près de 200 personnes. Une liste nominative de plus de 150 personnes a été publiée.

Un document de l’exposition

appel mere2

Chers participants des événements du 3-4 Octobre.
C’est la mère de Boyarski Evgueni qui s’adresse à vous.
Le 4 octobre, Boyarski Evgueni a aidé à évacuer les blessés de lieu de la fusillade près de la maison des Soviets, et a été lui-même mortellement blessé.
S’il vous plait !
A ceux qui ont vu Evgueni blessé, ont glissé sous lui des journaux.
Téléphonez s’ils vous plaît au 404-97-51



Citer ce billet
Amandine Regamey (2013, 24 septembre). Exposition: Moscou 1993 – 14 jours en automne. Russie contemporaine. Consulté le 20 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tuja

  1. http://www.memo.ru/d/172801.html []
  2. voir aussi le reportage en russe ici: http://memo.ru/d/173113.html []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.