General (cr) Bruno Elie, ancien attaché militaire à Moscou: Témoignage sur les événements d’octobre 1993 à Moscou

logos totale 2 bis

 Le 19 novembre 2013

J’étais en poste à Moscou depuis octobre 1990, c’est-à-dire depuis presque trois ans, lorsque la crise de septembre-octobre 1993 s’est produite. Depuis la mi-septembre la tension montait entre le Président Eltsine et le Parlement russe, avec des propos de plus en plus menaçants de part et d’autres.

En accord avec l’Ambassadeur Pierre Morel, j’avais mis sur pied avec mes personnels, à partir du 21 septembre, un système de patrouilles quotidiennes pour surveiller les zones sensibles dans la ville.

Je vais donner cinq témoignages ponctuels pour montrer comment la situation a été marquée par une extrême brutalité.

 

Premier indicateur : on cherche à recruter

 Samedi 2 octobre, je termine une visite à l’Ecole des Officiers Parachutistes à Riazan, à 200 km au Sud-Est de Moscou. Je connais très bien le commandant de l’école, le Général Albert Slioussar, qui m’honore de son amitié depuis qu’il s’est aperçu que nous étions nés le même jour.

Je cause avec lui dans son bureau quand le téléphone sonne. Je n’entends évidemment pas son interlocuteur mais je vois au visage d’Albert que la question est sérieuse. Je l’entends dire avec fermeté : « Non, il n’en est pas question, vous n’aurez pas les élèves de la 5° année ». A l’autre bout du fil on se lance dans un long argument mais Albert reste ferme : « Non, pas plus les élèves d’une autre année. Les élèves ne sont pas là pour faire de la politique » et il raccroche. Je ne pose pas de question mais j’ai compris que quelqu’un lui demandait de fournir des troupes à un camp ou à l’autre, je ne sais pas lequel.

En rentrant le soir à Moscou, je rends compte à l’Ambassadeur et j’ajoute aux consignes de mes équipes de guetter l’apparition d’unités extérieures à la garnison de Moscou.

 

Deuxième tableau : la manifestation de la place d’Octobre

Le lendemain, dimanche 3 octobre, je suis à l’ambassade. Vers 14h30 l’un de mes radios me rend compte que, du toit en terrasse de l’ambassade, on voit une grosse manifestation qui descend la Leninski Prospekt, une grande avenue permettant de rejoindre directement le Kremlin. Je monte sur le toit. En effet une foule de plusieurs milliers de personnes avance et, plus près de nous, la milice a mis en place un épais barrage bloquant le passage vers le Kremlin juste au resserrement à hauteur de l’ambassade. Les miliciens sont en tenue anti-émeute, casque et grand bouclier rcctangulaire.

En tête de la manif marche un groupe important de costauds qui semblent prêts à en découdre. Ils marchent résolument sur le barrage puis brusquement s’arrêtent, pivotent à gauche de 90° et se jettent sur le rideau de milice beaucoup plus mince qui barre le Krymski Val, une voie rapide qui passe sous la place et qui permet de rejoindre le pont suivant, Krymski Most. Bien entraînés, les manifestants de tête agrippent le haut du bouclier du milicien en faisant levier avec le pied sur le bas du bouclier. Ils leur arrachent presque le bras qui tient le bouclier et les jettent au sol. Le barrage cède et la foule s’engouffre vers le pont de Crimée, sans que la grosse troupe de miliciens qui barraient la voie vers le Kremlin ne bouge.

J’ai vu, et depuis 20 ans je n’ai pas oublié, un milicien coincé sur le pont au-dessus du Krymski Val se faire balancer par-dessus le parapet pour aller s’écraser 10 mètres plus bas. J’ai compris là que l’affrontement allait être beaucoup plus dur qu’en août 1991.

 

Troisième tableau : l’affaire d’Ostankino, une odeur de guerre civile

Les comptes rendus de mes équipes arrivent : vers 18h00, ce même dimanche, tout au Nord de Moscou, une foule nombreuse converge vers la tour de télévision, qui est un point remarquable de la capitale. Une partie de ces gens a été transportée dans des cars et des camions saisis par les manifestants. Les adversaires d’Eltsine veulent évidemment s’emparer du relais et des studios de télévision. Les forces de police sont réfugiées à l’intérieur du bâtiment. A 18h10 un renfort de forces spéciales de la milice (Omon) d’une centaine d’hommes les a rejoints avant que les manifestants ne lancent l’assaut.

A 18h45 l’Ambassadeur me prévient qu’il vient de recevoir un appel au secours du journaliste Patrick Bourrat. Le journaliste et son caméraman Yvan Scopan sont à Ostankino. Ils se sont faits prendre dans la fusillade qui a repoussé les assaillants et ont été blessés. Scopan est sérieusement touché de plusieurs balles au ventre et à la jambe, Bourrat a une balle dans le bras. Je connais bien Bourrat, grand reporter à TF1, et j’ai fait la connaissance de Scopan lors d’une visite au cosmodrome de Baïkonour : c’est un jeune caméraman passionné de son métier qui photographie tout ce qui bouge.

Le temps de réunir 2 véhicules (pour le transport des blessés) et je pars avec le Commandant Maillard, attaché naval, le Docteur Sokoloff, médecin de l’ambassade et deux chauffeurs.

A 19h30 nous arrivons dans le petit parc arboré qui entoure Ostankino. Il fait presque nuit. Nous avançons à pied et peu à peu nous voyons une foule assez nombreuse éparpillée par petits groupes dans cet espace à moitié couvert. Du bâtiment de la télévision cela tire presque sans interruption, des rafales d’armes de petit calibre.

Périodiquement un BTR de la milice (sorte de camion blindé avec une petite tourelle) s’avance sur une allée goudronnée. Comme ces allées quadrillent tout le parc, il va jusqu’à une intersection, tourne sa tourelle à droite, lâche une rafale de mitrailleuse dans l’allée perpendiculaire, tourne sa tourelle à gauche, lâche une rafale dans l’autre partie de l’allée, puis se retire en marche arrière. Il me semble que les tirs passent au-dessus de la foule qui se jette précipitamment dans les fossés ou les bosquets mais on ne peut jamais être sûr. Pourtant d’autres spectateurs semblent indifférents aux tirs et restent debout. Certains ripostent en lançant des paquets d’explosif de chantier et c’est pour cela que le BTR ne s’attarde pas et se replie vers les bâtiments avant de revenir dans une autre allée.

Vous nous voyez là-dedans, allant de groupe en groupe dans l’obscurité, en demandant s’ils avaient vu les journalistes français blessés. On a fini par tomber sur un Russe, le preneur de son  de l’équipe de TF1, qui était en train de passer un mauvais quart d’heure dans un groupe de manifestants parce qu’il avait un téléphone portable genre Motorola à la main. Les gens le prenaient pour un espion de la milice renseignant les deux BTR qui tiraient dans les allées. Finalement la tension finit par retomber et le gars me dit que Scopan a été évacué à l’Institut Sklifosovski (un hôpital du centre de Moscou). Pour Bourrat, il ne sait pas.

J’ai un portable et j’arrive à accrocher l’ambassade. Bourrat vient d’y arriver avec son bras qui pend. Il confirme que Scopan a été évacué. Pas la peine de traîner à Ostankino : on va à  l’hôpital.

Aux urgences, remplies de blessés civils qui attendent, Scopan n’est pas enregistré. On nous parle d’un autre journaliste français, Sychov, qui serait en réanimation.

De retour à l’ambassade on confronte les informations : il y a en fait 4 journalistes français blessés : Bourrat (on sait où il est), Sychov (on sait aussi), Célerier (aucune nouvelle) et Scopan que l’on cherche.

Notre médecin, Sokoloff, a fait dans la nuit tous les hôpitaux avant de revenir au premier et de trouver là Scopan, opéré, conscient mais en sale condition.

Notre périple nocturne m’a permis de voir d’une part que les forces présidentielles n’avaient aucun état d’âme à tirer sur leurs concitoyens et d’autre part que les hôpitaux ne semblaient pas avoir été surpris par l’afflux de blessés

 

 Quatrième tableau : l’exécution publique de la Maison Blanche

Lundi 4 octobre, début de l’après-midi, je suis sur l’esplanade qui sépare le bâtiment du Soviet Suprême de Russie de la Moskova. Il fait une belle journée d’automne.

Je ne suis pas seul : les Moscovites sont aussi là, en foule. Il y a un cordon de milice qui empêche de s’approcher des entrées du bâtiment mais en dehors de cela très peu de présence policière. En s’approchant de la Moskova on peut voir, sur la rive opposée, plusieurs chars T 80 alignés sur une sorte de terrasse qui domine la rivière devant l’hôtel Ukraina. La distance entre les chars et la Maison Blanche ne dépasse pas 500 mètres. Ce sont ces chars qui vont, comme un peloton d’exécution, appliquer la sentence imaginée à mon avis par Eltsine contre son parlement.

A 14h45 cela commence par un coup de canon en pleine façade mais dans le mur, pas dans les grandes fenêtres de l’étage. La foule comprend très bien le message, puisqu’elle se trouve en partie sous la trajectoire. Elle reflue brusquement. Cependant elle est tellement dense qu’il reste encore beaucoup de monde sur l’esplanade.

Alors les chars se mettent à tirer au canon par-dessus la foule, dans les trois grandes fenêtres du centre, à mi-hauteur de la façade, au-dessus de l’entrée. Ils tirent une dizaine d’obus. Un incendie à l’intérieur du bâtiment commence à noircir les fenêtres, avant qu’ils ne cessent le tir.

Il y a un intervalle assez long puis un petit groupe, une trentaine de personnes, avec un drapeau blanc, sort par l’une des portes de côté : il est 15h30, c’est fini, l’exécution a eu lieu, la Maison Blanche a capitulé.

En fait, comme vous l’avez entendu, la fin de la résistance a été beaucoup plus complexe et plus longue. Cependant, il m’a semblé avoir été témoin d’une mise en scène de la défaite des députés, jouée intentionnellement devant un parterre de milliers de Moscovites, pour que le bon peuple comprenne enfin qui était le maître.

 

 Dernier tableau : Vae victis

Mardi 5 octobre, 7h00 du matin. Je loge à la Maison Normandie-Niémen, à côté de la station de métro Kropotkinskaya, à moins de 2 Km de la Maison Blanche et j’ai encore entendu dans la nuit des rafales d’armes automatiques qui venaient de ce côté-là. Je décide donc de faire un tour avant de rejoindre l’ambassade. Je suis seul, en voiture. Il n’y a pratiquement pas de circulation. La voie sur berge passe devant la Maison Blanche, désormais « maison noire et blanche ».

Je tourne à droite juste après le bâtiment pour tâcher d’avoir une meilleure vue et j’aperçois à l’autre bout du terrain vague des « Omons » (troupes spéciales de la milice) qui sont en train de rembarquer et de partir. Ils ne m’ont pas aperçu. J’arrête, le temps qu’ils s’en aillent, puis je vais à pied inspecter ce terrain vague environ 200 m derrière la Maison Blanche. Il y a là, en plein découvert, un tas de 5 cadavres et, un peu plus loin, un sixième tout seul. Tous ont été tués par balle. Ce sont des hommes, jeunes, entre 25 et 40 ans, avec des habits de travail très modestes. Il n’y a aucune trace d’armes ni d’équipement militaire. Cela a tout l’air d’une exécution extra-légale.

Je regagne l’ambassade, heureux de ne pas m’être fait prendre. A 9h30 Patrick Bourrat me téléphone pour me dire qu’Ivan Scopan n’a pas survécu à son évacuation.

 

 Pour conclure

Les observations que j’ai pu faire ne concerne que la ville de Moscou et même sa zone centrale. Or il y a eu beaucoup d’autres incidents dans de nombreuses régions de la Fédération de Russie.

Ce que j’ai vu pour ma part pendant ces trois jours m’a impressionné par l’espèce de rage qu’il y avait dans les affrontements. Dès le premier jour la rupture du cordon de miliciens devant l’ambassade montrait des manifestants disposés à employer la force. L’assaut du bâtiment d’Ostankino a montré la même détermination des assaillants et la violence en riposte des forces de police. D’après Patrick Bourrat, les cameramen de la presse étaient visés délibérément par les tirs de la police. Enfin le spectacle autour de la Maison Blanche me fait soupçonner des règlements de compte expéditifs.

Selon les comptes rendus de mes officiers, il y avait 10 chars face à la Maison Blanche, dont 7 ont tiré, en tout 12 obus. L’emploi des chars contre le parlement légalement élu, montre bien que l’exemple de cette violence venait d’en-haut.

La deuxième remarque, qui ressort des contacts que j’ai eu ces jours-là, concerne le trouble des esprits. Beaucoup de Moscovites ne savait pas où était le bon droit, en particulier ceux qui avaient protégé de leur chaîne humaine en 1991 la même Maison Blanche où se trouvait alors Boris Eltsine. Ceux-là ne reconnaissaient pas leurs espoirs d’alors dans ce que faisait maintenant le même Eltsine. Celui-ci, d’ailleurs, s’appuyait en 1993 sur des forces qui n’avaient pas particulièrement brillé par leur sens démocratique lors du putsch de 1991.

Troisième remarque : les hôpitaux avaient été prévenus à l’avance de se préparer à une arrivée massive de blessés. Ceci m’a été confirmé le 6 octobre par un médecin urgentiste français, le Docteur Dinah Vernant (auteur d’un récent ouvrage sur « L’âge violent »), venue à Moscou dès le début des affrontements et qui avait fait le tour des hôpitaux.

Il y a donc eu préméditation dans la volonté d’en découdre.

Ces trois remarques font ressortir  une grande différence entre les événements de 1991 et ceux de 1993. Dans mes notes, au 5 octobre 1993, j’avais écrit : « On s’éloigne un peu plus du communisme mais on ne se rapproche pas pour autant de la démocratie ».

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.