Amandine Regamey: Le sniper sur le toit, une rumeur d’Octobre 1993

logos totale 2 bis

LA VERSION DEFINITIVE DE CE TEXTE EST PUBLIEE PAR LA REVUE EMULATIONS ET SE TROUVE EN LIGNE SUR LE SITE DE LA REVUE, http://www.revue-emulations.net/

« Tchekhov était un grand écrivain, mais naturellement, son point de vue n’est pas le seul valable. Les armes qui apparaissent au cours d’un récit ne font pas toutes feu.»

Haruki Murakami, 1Q84, Tome 2

 

Les récits, souvenirs, articles, reportages sur les journées du 3-4 octobre 1993 à Moscou mentionnent régulièrement la présence autour de la Maison Blanche de snipers : ces tireurs embusqués ayant fait de nombreuses victimes restent toujours non-identifiés et sont toujours présenté comme un « mystère » de ces journées. Fait remarquable, les partisans d’Eltsine comme ceux de la Maison Blanche s’accordent sur l’existence de snipers, tout en rejetant la responsabilité de leur emploi sur la partie adverse.

Le sniper désigne à la fois un tireur d’élite et un tireur embusqué. Dans la conception traditionnelle, et en particulier depuis les deux guerres mondiales, le sniper est un tireur d’élite, intégré dans l’armée régulière, qui tue de manière ciblée, lors des combats, pour neutraliser les officiers ou les points–clés du dispositif ennemi (mitrailleuses, communications) ; sa dangerosité tient également à sa capacité de camouflage. La notion a cependant évolué, en Russie comme ailleurs, et le terme de sniper est de plus en plus utilisé pour désigner « someone shooting from a concealed protection at unprotected people » (Pegler 2004, p11). Ainsi, aux deux premières notions (tir de précision, tireur caché) s’ajoute une troisième connotation, frappant le sniper d’illégitimité : il tire sur des civils, tire dans le dos, par traîtrise

Peut-on, pour autant, parler des snipers d’octobre 1993 comme d’une rumeur ? La présence de snipers n’est pas rapportée comme un « on dit », leur existence n’est pas mise en doute : c’est leur origine et leur identité qui est présentée comme un mystère. J’utiliserai cependant ce terme dans la mesure où « pratiquement, le phénomène des rumeurs correspond d’abord à un processus social d’échange d’une nouvelle (c’est-à-dire une information en prise avec l’événement) non vérifiée » (Aldrin 2003, p 117) – et que la présence des snipers reste (on le reverra) non vérifiée.

On sait d’autre part que les phénomènes de crise sont particulièrement propices à la diffusion des rumeurs, appelées à réduire l’incertitude, à expliquer ce qui ne trouve pas d’explication immédiate, à ce qui menace ou ébranle l’ordinaire. (Taïeb 2002, Aldrin 2003, Rouquette 2006). Cependant, la rumeur n’est pas limitée à 1993. Vingt ans après, dans les nombreux reportages radio, télé, le récit des journées d’octobre est toujours indissociable de la référence aux snipers. Comme l’écrit Emmanuel Taïeb : « Dix ou quinze ans plus tard, voire davantage, les rumeurs ayant accompagné un événement sont toujours mobilisées en même temps que lui, toujours mobilisées au milieu des interprétations et des explications, comme si c’était l’attelage tout entier qui se déposait dans la mémoire, comme si les rumeurs de l’époque apportaient rétrospectivement un supplément d’intelligibilité à l’événement et rappelaient le flot de paroles qui lui était contemporain et qui n’en est plus détachable. » (Taïeb 2002, p 5)

Que veulent dire les acteurs et témoins des journées d’octobre 1993 quand ils mentionnent les snipers ? Comment parle-t-on des snipers sur le moment, mais aussi dix ou vingt ans après ? Les usages et les significations du récit sont contradictoires, mais c’est justement parce que le personnage du sniper est pertinent dans plusieurs types de récit que cette rumeur a « pris » à ce point, s’est autant diffusée et implantée. On développera ici plus particulièrement trois points :

  • Comment naît la rumeur. Pour les acteurs des journées du 3-4 octobre, et en particulier les forces de police, les snipers sont l’incarnation d’un ennemi mal identifié, mais qui leur tire dessus
  • Comment est utilisée la rumeur. La référence aux snipers permet une lecture politique des événements d’octobre 1993, entre accusation et délégitimation mutuelle et désignation d’une troisième force.
  • Comment est justifiée la rumeur. La rumeur n’a rien d’un phénomène irrationnel, au contraire. Les acteurs font appel à de multiples argumentations, mobilisent les faits et les indices afin de « prouver » la véracité de cette rumeur, et ce processus de justification, aussi fragile qu’il soit, permet néanmoins à la rumeur de se reproduire et de se maintenir.

TELECHARGER LE TEXTE EN PDF  Regamey le sniper sur le toit

 



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.