Ioulia Shukan, discussion de la session « Les événements vu du terrain par les acteurs »

 Afisha_Kavkaz_03Ioulia Shukan (Université Paris Ouest Nanterre/ISP) est revenue à la fin de la session « Les événements vu du terrain par les acteurs » sur les interventions de Iaroslav Leontiev, Alexandre Tcherkassov (cf son texte Malaia Grazhdanskaia), Serguey Mozgovoy et Bruno Elie :

1) Mon premier point concerne le rapport entre intentionnalité et action stratégique/adaptation tactique aux coups échangés dans les événements d’octobre 1993 :

Parmi les témoignages disponibles, beaucoup insistent sur l’intentionnalité de réprimer, la détermination dans l’usage de la force, voire même une sorte de préparation au long terme du coup de force à l’encontre du Soviet Suprême. Eltsine dans ses mémoires affirme avoir défini la date du 4 octobre comme date butoir pour la reddition de la MB. Certains défenseurs de la MB ­—parmi ceux qui avaient participé à la table ronde de Moscou ou encore parmi ceux qui témoignent aujourd’hui — affirment avoir été prévenus en amont. Je pense notamment au témoignage d’Ilya Konstantinov qui revient sur sa conversation avec Boris Nemtsov, au printemps 1993, de la préparation de ce coup et même de l’utilisation des chars à l’encontre du Parlement. La planification ressort également, d’après certains, dans l’épisode d’Ostankino qui serait une sorte de piège tendu par la police aux défenseurs de la Maison Blanche. Enfin, dans l’intervention du général Elie on voit des éléments de planification (avec les hôpitaux prévenus à l’avance de l’afflux possible d’un grand nombre de victimes).

Cependant, le texte d’A. Cherkassov, qui reconstitue avec beaucoup de précisions et de finesse, malgré l’épaisseur du langage argotique de la police, les événements du 3 octobre nous montre à quel point toute action stratégique est difficile dans une situation d’extrême interdépendance des acteurs. Il s’agit d’une situation où la dynamique des interactions avec l’adversaire modifie en permanence les prévisions élaborées en amont et oblige les protagonistes à changer de tactique, à s’adapter, voire même à marque des pauses dans l’action (cf. retrait et réorganisation des forces de l’ordre). Au cours de la journée du 3 octobre, cette dynamique d’interactions change la situation d’abord au profit des partisans de la MB (rompent les cordons et forcent le passage vers la Maison Blanche), puis à la faveur des forces de l’ordre (épisode Ostankino).

La planification est aussi impossible au regard de l’évasion des calculs dans une situation de confusion où les repères permettant d’évaluer proprement la situation s’effondrent. Les forces de l’ordre dans Ostankino rencontrent de sensibles difficultés de lecture et d’appréhension de la situation. Les généraux donnent des ordres erronés en raison de ces difficultés et de la méconnaissance de la situation sur le terrain, ce qui se traduit par le tir des coups de feu sur les unités « amies » et ces « tirs amis » laissent les insurgés penser que certaines unités du MVD les rejoignent. Les participants de l’opération appréhendent tous la défection car, s’il y a défection (qui est un indice en soi-même dans une situation d’incertitude), d’autres unités pourraient suivre. Enfin, tout le monde recherche des indices sur la position de l’armée parce que si l’armée rallie l’un des protagonistes, cela se traduirait par l’échec de l’autre.

Il serait donc judicieux de mieux faire la séparation entre planification stratégique et les réalités du terrain, où dominent la confusion et l’impératif d’adaptation à la situation. A cet égard, il nous manque des témoignages plus précis des partisans de Boris Eltsine pour savoir s’il y a eu effectivement planification des différents coups ou plutôt innovation en fonction de l’évolution de la situation sur le terrain.

2) Ma deuxième remarque se rapporte aux relations entre deux grandes catégories, à savoir le « pouvoir civil » et le « pouvoir militaire » ou, plus précisément, dans le contexte russe le « pouvoir des siloviki ».

L’intervention de Tcherkassov donne l’impression—c’est peut-être le biais de la source, à savoir les enregistrements radio de la police— d’une très large autonomie des forces de l’ordre, qui seraient les seules à gérer la situation dans la rue pendant la journée du 3 octobre, ainsi que le conflit près de la tour Ostankino. On apprend même que l’un des collaborateurs d’Eltsine appelle les responsables de l’opération pour avoir des renseignements sur la situation. Au moment où Gaïdar en appelle à la mobilisation des Moscovites, il semble ne pas être au courant que la situation à Ostankino est déjà maîtrisée. Il y a donc des décalages dans la transmission d’information, voire même une inversion des relations de subordination entre « civils » et « militaires ».

On a beaucoup parlé de l’hétérogénéité de la coalition autour du Soviet Suprême et de l’existence de plusieurs centres de commandements. Et finalement du côté des partisans d’Eltsine, on a l’impression sinon d’un vide de pouvoir, du moins de l’existence de plusieurs pôles de décisions. Et les représentants des forces de l’ordre constituent l’un de ces pôles et pas des moindres. A cet égard, j’aurai une question pour Cherkassov : Comment se fait la coordination entre les forces de police et la Présidence ? Comment expliquer cette autonomie des forces de l’ordre et « carte blanche » qui leur est accordée) ? Ma deuxième question concerne l’unité Sofrino  Quels sont les éléments qui vous permettent d’affirmer que ce ralliement n’est qu’une manouvre tactique du commandant de Sofrino

3) Mon troisième point concerne l’ampleur de la violence et le nombre de victimes. Dans son intervention, Bruno Elie évoque des exécutions expéditives près de la MB. Dans une interview accordée à Doj’d en octobre dernier, les représentants du Soviet Suprême, notamment Khasboulatov et Routskoï, qui sont devenus des témoins « professionnels » défendent qu’il y a eu des milliers de victimes et que des cadavres avaient été noyés dans la Moskva. Ma question à Bruno Elie: Quels éléments permettent cette lecture de la situation que vous avez observée sur le terrain. Y aurait-il d’autres éléments ou d’autres témoignages qui accréditeraient cette hypothèse d’exécutions sommaires ?

4) Enfin, je terminerai par dire, que le projet de recherche sur Octobre 1993 pourrait se poursuivre non seulement en tant qu’un projet d’histoire orale, mais également comme un projet sociologique qui interrogerait la rencontre singulière entre l’événement historique et les trajectoires des individus. L’événement de ce type laisse nécessairement un impact sur les trajectoires des individus ou leurs carrières, entendues tant au sens objectif du terme (succession de positions professionnelles objectives), qu’au plan subjectif (identifications, représentations individuelles etc.). A cet égard, j’aurai une question à tous les participants de l’atelier : « Qu’est-ce que l’événement représente pour vous (et de quelle manière il a pesé sur votre trajectoire individuelle ? »

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.