Un mois d’aout à Golianovo : la lutte contre l’immigration illégale, la corruption policière, et l’élection municipale de Moscou

Bonjour, ce billet reprend quelques aspects de l’actualité de l’été en Russie sur la question des discours et politiques mises en oeuvre sur les migrations. Les liens à activer dans le texte renvoient sur des articles en russe. bonne lecture,

Anne Le Huérou, Université de Nanterre /CRPM, CERCEC

A quelques semaines d’une élection municipale très médiatisée dans la capitale russe, la « question migratoire » est revenue sur le devant de la scène cet été en Russie, à la faveur d’un incident révélateur du brouillage entretenu de manière récurrente sur ce dossier. L’élément déclencheur, l’attaque contre un policier venu effectuer une arrestation sur un marché par un groupe de personnes originaires du Daghestan – n’a que peu de rapport avec ce qui suit — une série de raids sur les marchés aboutissant à l’interpellation de plusieurs centaines d’étrangers en situation irrégulière, en particulier des Vietnamiens, retenus avant leur expulsion dans un camp de toile de fortune, installé durant trois semaines dans le quartier de Golianovo.

Opération « électorale » ou  préfiguration d’une nouvelle étape dans un durcissement de la politique migratoire de la Russie, ces événements ont en tout cas permis aux autorités d’afficher la volonté de lutter contre plusieurs problèmes à la fois : celui des migrants illégaux qui seraient en trop grand nombre, non seulement dans la capitale mais dans tout le pays, un argument récurrent dans le débat public depuis plusieurs années : des centres de rétention pérennes seraient en construction en divers endroits du pays et une loi devrait venir encadrer leur fonctionnement, alors que des groupes de citoyens s’opposent à la construction de camps dans leur voisinage ; mais aussi celui de la corruption des forces de police, et des services en charge des migrants vecteurs de ces illégalismes. Un effet d’aubaine certain pour les autorités à quelques semaines des élections municipales, alors que, comme l’indiquait début juillet un sondage du Centre Levada, plus de la moitié des Moscovites considéreraient que le problème n°1 est la présence trop importante dans la capitale de migrants « du Nord Caucase » et d’Asie Centrale. La confusion entretenue dans le débat public entre travailleurs migrants et citoyens russes de nationalités « non slaves » est un autre élément à prendre en compte.

La presse, notamment électronique, et la blogosphère ont largement couvert ces événements, souvent de manière critique Les migrants ont été au cœur des débats de la campagne électorale, quasiment tous les candidats évoquant les détails de leur politique migratoire, et se livrant à une certaine surenchère nationaliste, alors que les arguments économiques et démographiques en faveur de l’immigration de travail reculent au profit de la nécessité de protéger à la fois la main d’œuvre locale mais aussi de ne pas ralentir la capacité d’innovation et la productivité de l’économie par la présence d’une main d’œuvre trop bon marché. Les statistiques de la criminalité « ethnique » ont aussi été le sujet de vifs débats.

Tandis que les ONG s’émouvaient des conditions de détention et du respect des droits des personnes retenues dans le camp, notamment les demandeurs d’asile, et interpellaient les candidats à la mairie de Moscou, les autorités annonçaient l’ouverture de camps similaires dans toutes les grandes villes du pays et la rédaction rapide d’une loi légalisant ces camps de rétention préalable à l’expulsion des étrangers en situation irrégulière, dont l’expulsion des ressortissants Vietnamiens retenus dans la camp de Golianovo est un premier exemple.. Au cours des opérations sur les marchés, on a observé à plusieurs reprises, notamment à St Petersbourg, la présence de groupes, parfois ouvertement nationalistes  parfois agissant aux cotés de la police ou du service des migrations pour procéder aux « nettoyage » des marchés des migrants illégaux, une pratique était déjà dénoncée il y a plusieurs mois lors que l’UFMS de Moscou avait autorisé la création de milices pour l’aider à lutter contre l’immigration illégale.


Anne Le Huérou

Maîtresse de conférences à l'Université Paris Nanterre, Institut des sciences sociales du politique (ISP UMR 7220), associée au CERCEC (UMR 8083)

More Posts - Website

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.