Tous les articles par Anne Le Huérou

Maîtresse de conférences à l'Université Paris Nanterre, Institut des sciences sociales du politique (ISP UMR 7220), associée au CERCEC (UMR 8083)

Parution : Chechnya at war and beyond (in English)

Nous avons le plaisir de vous annoncer la parution de l’ouvrage Chechnya at war and beyond, issu de la conférence Tchétchénie – logique de violence et expérience de guerre,  organisée en octobre 2012 dans le cadre du projet Emergences Comprendre les violences en Russie.

 

Edited by Anne Le Huérou, Aude Merlin, Amandine Regamey, Elisabeth Sieca-Kozlowski, Routledge – 2014 – 272 pages

 

 

The Russia-Chechen wars have had an extraordinarily destructive impact on the communities and on the trajectories of personal lives in the North Caucasus Republic of Chechnya. This book presents in-depth analysis of the Chechen conflicts and their consequences on Chechen society. It discusses the nature of the violence, examines the dramatic changes which have taken place in society, in the economy and in religion, and surveys current developments, including how the conflict is being remembered and how Chechnya is reconstructed and governed.

 

CONTENT
Introduction Anne Le Huérou, Aude Merlin, Amandine Regamey, Elisabeth Sieca-Kozlowski

Part 1: Traces of War: Between Remembrance and Erasing 1. Grozny as Before the War: Remembrance and Reconciliation in ‘Virtual’ and ‘Real’ Post-Soviet Communities Walter Sperling 2. Remembering and Forgetting in Chechnya Today: Using the Great Patriotic War to Create a New Historical Narrative Aude Merlin 3. Victims and Heroes: Commemorating the Russian Military Casualties in the Chechen Conflicts Natalya Danilova 4. Reconstruction in Chechnya, at the Intersection between Politics and the Economy Musa Basnukaev

Part 2: State and Non-State Rationales of Violence 5. State and Violence in Chechnya: 1997-1999 Ekaterina Sokirianskaya 6. Kidnapping and Hostage Taking between the Two Chechen Wars: 1997-1999 Mikhail Roshchin 7. Ramzan Kadyrov’s ‘Illiberal’ Peace in Chechnya John Russell 8. Between War Experience and Ordinary Police Rationales: State Violence against Civilians in Post-war Chechen Republic Anne Le Huérou 9. The North Caucasus Insurgency: Understanding the Chechen Rebels in the Context of the Caucasus Emirate Jean-François Ratelle

Part 3: The Impact of War on Chechen Society 10. Rereading Human Rights Reports: Material Violence in Chechnya: 1999-2001 Amandine Regamey 11. Sufism in Chechnya: Its Influence on Contemporary Society Mayrbek Vachagaev 12. Virtue Campaign for Women in Chechnya under Ramzan Kadyrov: Between War Backlash Effect and Desire for Total Control Tanya Lokshina 13. Chechen Refugees in Europe: How Three Generations of Women Settle in Exile Alice Szczepanikova

—————————————-

AUTHORS’ BIO

Anne Le Huérou is a Lecturer in Contemporary Russian and Post Soviet studies at Université Paris Ouest Nanterre and a Research Associate at the Institut des Sciences sociales du Politique and at the Centre d’études des mondes russe, caucasien et centre-européen (CERCEC), l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS) Paris. France.

Aude Merlin is a Lecturer in Political Sciences at Université libre de Bruxelles and a member of CEVIPOL (Brussels, Belgium)

Amandine Regamey is a Lecturer in Russian Language at University Paris I Pantheon Sorbonne and a Research Associate at the Centre d’études des mondes russe, caucasien et centre-européen (CERCEC), l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS), Paris, France.

Elisabeth Sieca-Kozlowski is Founder & Chief editor of The Journal of Power Institutions in Post-Soviet Societies (http://pipss.org) and a Research Associate at the Centre d’études des mondes russe, caucasien et centre-européen (CERCEC), l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS), Paris, France.

 

Anne Le Huérou

Maîtresse de conférences à l'Université Paris Nanterre, Institut des sciences sociales du politique (ISP UMR 7220), associée au CERCEC (UMR 8083)

More Posts - Website

Beslan, 10 ans après…

Le 1er septembre, un groupe de combattants nords-caucasien lourdement armés s’emparait d’une école dans la ville de Beslan (Ossétie du Nord) et prenait en otage 1.100 élèves et enseignants, le jour de la rentrée scolaire. Trois jours plus tard, le dénouement sanglant faisait près de 385 morts – dont 156 enfants –  et 700 blessés, . Deux ans après la prise d’otage spectaculaire de Nord-Ost , cet épisode marquait un nouveau tournant dans le conflit tchétchène et dans la vie politique russe, notamment lorsque le président V. Poutine supprime l’élection des gouverneurs afin de renforcer le contrôle sur les pouvoirs régionaux.

De nombreuses zones d’ombres demeurent quand aux responsabilités dans l’enchainement des événements qui a abouti à autant de victimes, qu’il s’agisse du refus des négociations avec les preneurs d’otages jusqu’au déclenchement de l’assaut et au tye d’armes utilisées. Les enquêtes menées par des organisations indépendantes, rassemblant notamment des parents de victimes n’ont pas abouti et des associations ont été fermées. Dix ans plus tard, la ville est encore profondément marquée par cet événement, qu’il s’agisse des anciens élèves survivants ou de leurs familles. Le sondage du centre Levada analyse quant à lui l’évolution de la perception de l’événement.

A lire :  Saffrais Guylaine, « 27. Russie : les « zones d’ombre » du massacre de Beslan », in Didier Bigo et al., Au nom du 11 septembre… La Découverte « Cahiers libres », 2008 p. 350-362. John B. Dunlop, The 2002 Dubrovka and 2004 Beslan Hostage Crises. A Critique of Russian Counter-Terrorism. With a foreword by Donald N. Jensen. Stuttgart: Ibidem-Verlag, 2006, 166 pages, voir recension

Anne Le Huérou

Maîtresse de conférences à l'Université Paris Nanterre, Institut des sciences sociales du politique (ISP UMR 7220), associée au CERCEC (UMR 8083)

More Posts - Website

Appel à contributions pour une école d’été à Moscou “Sorties de régimes socialistes autoritaires de 1945 à nos jours”

Le Centre d’études franco-russe de Moscou (CEFR) organise une école d’été àMoscou du 25 au 31 août. Elle aura pour thème les « sorties de régimes socialistes-autoritaires de 1945 à nos jours » et s’adresse à des doctorants et jeunes chercheurs travaillant sur le sujet, quelle que soit l’aire géographique concernée.

Le Centre d’études franco-russe de Moscou (CEFR) organise une école d’été àMoscou du 25 au 31 août. Elle aura pour thème les « sorties de régimes socialistes-autoritaires de 1945 à nos jours » et s’adresse à des doctorants et jeunes chercheurs travaillant sur le sujet, quelle que soit l’aire géographique concernée.

Ecole d'été Russie 1

Elle est co-organisée avec l’Université russe d’État de sciences humaines (RGGU) et les Archives russes d’État d’histoire politique et sociale (RGASPI), en partenariat avec le Centre Marc Bloch (Berlin), le CERCEC, l’IRICE, le CRHS, le CHS, la FMSH, avec le soutien du labex Tepsis et d’heSam Université (programme Paris Nouveaux Mondes).

Ecole d'été Russie

Après la Deuxième Guerre mondiale et l’effondrement des grands empires coloniaux, la seconde moitié du XXe siècle a vu la multiplication de régimes socialistes-autoritaires fondés sur la domination d’un parti unique se revendiquant du socialisme et administrant une économie largement étatisée ou collectivisée, plus ou moins rapidement suivie de leur disparition. L’école d’été sera consacrée aux mécanismes de disparition de ces systèmes et de persistance de logiques, d’institutions et de pratiques héritées de ce passé socialiste et autoritaire. Elle réunira de jeunes historiens, sociologues, politistes, anthropologues, et des spécialistes de littérature, cinéma et d’études culturelles, travaillant non seulement sur l’URSS et le bloc de l’Est depuis 1945, mais aussi sur les expériences arabes, africaines et asiatiques, afin d’encourager un dialogue au-delà des frontières disciplinaires et géographiques traditionnelles et de permettre une approche globale de ces phénomènes.

La fin institutionnelle ou politique d’un système autoritaire connaît des formes et temporalités diverses. Elle peut découler de tentatives, abouties ou non, de réformer le système « de l’intérieur » (après la mort de Staline ou de Mao, le retrait de Fidel Castro, le schisme soviéto-yougoslave, la perestroïka etc.) ou être marquée par un événement-clé soudain – décès du dirigeant, coup d’État, révolution, défaite militaire – qui ne signifie pas pour autant sa fin effective. S’ouvrent alors des périodes spécifiques, désignées de façon diverse selon le contexte – « transition », « libéralisation », « démocratisation », « dégel » et autres « dé- » (déstalinisation, désoviétisation…) etc. – que l’on propose de regrouper, en français, sous le terme de « sorties », sur le modèle du concept de « sorties de guerre ». Ce terme évoque le lent processus qui se déroule au-delà de la disparition des formes les plus visibles de l’ancien régime, durant lequel se reconfigurent les sociétés, se mettent en place des mécanismes de transformation des pouvoirs, du droit, des différents systèmes institutionnels, des structures économiques mais aussi des relations sociales et de la culture. Ces reconfigurations diverses peuvent être fondées sur des règlements de comptes directs avec le passé, qui prennent la forme de mise en cause d’une partie des élites ou d’autres forces politiques ou institutionnelles au pouvoir ; lustration ou purges font partie de ces mécanismes. Ce peuvent être des processus longs de reconfiguration des formes d’autorité, ou des mises en œuvre de politiques de réconciliation et d’occultation de ce passé, voire de reconversion des élites. Une attention particulière sera accordée aux héritages, visibles ou non, aux persistances, résistances et formes de réaction qui émaillent ces « sorties ». En ce sens, nous invitons aussi à une réflexion sur les tentatives de sorties inabouties, notamment dans le bloc de l’Est avant 1989.

Les sorties des systèmes autoritaires peuvent être étudiées de multiples points de vue, qui feront l’objet de cette école d’été, notamment mais non exclusivement :

  • Transformations des institutions et pratiques politiques, reconversion ou renouvellement des élites ; l’accent sera mis sur le système politique lui-même, le rôle et la transformation des polices, services de sécurité et de l’armée.
  • Redéfinition des relations et identités nationales, ethniques, religieuses, en particulier dans les cas où la sortie du régime autoritaire remet en cause la domination d’un groupe ou d’une puissance étrangère sur le pays.
  • Reconfigurations des sociétés et des hiérarchies sociales, réinsertion des personnes réprimées ou isolées dans un système autoritaire, cohabitation, confrontation, insertion de groupes sociaux antagonistes, victimes ou bénéficiaires du système précédent.
  • Transformations des structures économiques, politiques de décollectivisation, privatisation, libéralisation, évolutions des conceptions de la propriété ; réception et appropriation par les populations, émergence de nouvelles élites économiques.
  • Mémoire, jugement et oubli : procès ou autres formes de condamnations ou stigmatisations de personnes perçues comme responsables du passé ; mise en place de mécanismes de réconciliation ou d’oubli ; silence et occultation.
  • Révision des valeurs culturelles qui passe d’abord par la levée des tabous, le rejet, la subversion des canons culturels du régime précédent, mais aussi par le retour sur le passé sous forme soit de nostalgie pure, soit de réflexion mémorielle ; évolution des procédés, thématiques, buts et rôle de la culture dans le nouveau contexte social.

L’école d’été sera consacrée aux sorties des systèmes socialistes-autoritaires depuis 1945, mais nous souhaitons mettre celles-ci en perspective avec des sorties d’autres régimes de domination, depuis l’effondrement du nazisme à celui des grands empires coloniaux. Cette mise en perspective sera notamment assurée par les chercheurs confirmés invités à encadrer l’école d’été et travaillant sur ces questions. Nous encourageons en outre les contributions comprenant une dimension comparative, dans le temps et l’espace. Il ne s’agit pas de se concentrer exclusivement sur les années qui suivent le plus directement un changement de régime, mais d’en voir aussi les conséquences à long terme. Enfin, cette école croisera les démarches et méthodes de sociologie, d’histoire, de science politique, d’anthropologie, d’études littéraires, cinématographiques, culturelles, etc.

Les doctorants et jeunes chercheurs intéressés sont invités à envoyer un dossier de candidature, composé d’un CV et d’une proposition de contribution (2000 mots max.) avant le 25 mai 2014 inclus. Le comité scientifique informera les candidats des résultats avant le 15 juin 2014. Les candidats retenus devront envoyer le texte de leur contribution avant le 15 août 2014. Tous les frais seront pris en charge par les organisateurs de l’école d’été. Les textes et présentations orales peuvent être en français, anglais ou russe. Aucune connaissance du russe n’est nécessaire.

Les dossiers de candidature doivent être envoyés avant le 25 mai 2014 à l’adresseetemoscou2014@gmail.com

Летняя школа 2014 объявление.pdf
CFP summer school Moscow 2014.pdf

Anne Le Huérou

Maîtresse de conférences à l'Université Paris Nanterre, Institut des sciences sociales du politique (ISP UMR 7220), associée au CERCEC (UMR 8083)

More Posts - Website

Appel a contribution – Call for papers : Revue d’Etudes comparatives Est Ouest- Les partis de droite radicale et populiste en Europe centrale et orientale

voir le français ici

Parties of the radical and populist Right in Central and Eastern Europe
Planned feature for Revue d’études comparatives Est-Ouest
coordinated by Frédéric Zalewski

It is now common place in scholarly discourse to emphasise the place occupied by new radical Right and/or populist parties in Central and Eastern Europe since the collapse of Communism. As part of a trend observable in other areas, this topic has formed a new field of investigation for specialists in similar parties in Western Europe and has been imported into discussions among East European political scientists. Much of the discussion has focused on the specific forms taken on by these parties in Central and Eastern Europe as compared with Western Europe.

Space prevents an exhaustive recapitulation of the various theses suggested, but we may note that the literature has in general assigned these parties causes peculiar to the Eastern part of Europe. The new radical Right parties in Western Europe have been identified with the new cleavage introduced by the emergence of what is known as the “New Politics”: the challenges of post-industrial society generate among certain voters new demands for law and order, immigration control and a reassertion of values of national identity that are poorly met by “traditional” parties but reflected by the new radical Right (Bell, 1973; Dalton, 1988; Ignazi, 2003). One feature of West European populist parties during their rise in the 1980s-1990s is said to have been that they almost exclusively politicised immigration issues to make them a “winning formula” for elections (Kitschelt, 1995; Mudde, 1999).

In comparison, the emergence of populist and new radical right-wing parties in Eastern Europe is more usually linked to the factors of post-Communist political instability and social disorder. The shallow foundations of the democratic system are seen as the origin of political behaviour incompatible with civil democratic practice, while the post-1989 political liberalisation opened up a space for social demands that had been repressed by the authoritarian (or post-totalitarian) regimes of Communism (Mudde and Kopecki, 2003). This is believed to be a clear political pathology of post-Communism: societies with a tendency to anomie, disoriented by the social costs of transition, are seen as attracted by populist leaders, thus preventing moderate parties from stabilising their electorates (Tavits, 2005).

At the same time, however, various authors regularly consider the correspondences and similarities between the populist or far-right parties and movements of Western and Eastern Europe. The “losers” of the globalising post-industrial society in the West do look like the “losers” of the market transition in the East. In both cases, the main danger for democracy may be identified more in the illiberal policies of some right-wing parties in government (in no particular order, Berlusconi, Orbán and the Kaczyński brothers) than in extremist parties, even if Western Europe is perceived as more able to resist them because of the robustness of its party systems, electoral alignments and the precedents established by constitutional courts (Mudde, 2013).

The “Parties of the radical and populist Right in Central and Eastern Europe” feature is intended to pick up from these investigations, without necessarily using their theoretical analyses. For reasons of clarity, it will pose a selection of preliminary definitions that authors are encouraged to take more as areas of investigation than as set, untouchable classifications. For example, we intend first to distinguish between mainstream right-wing parties belonging to institutional politics but with a marked neo-conservative or illiberal orientation, with a style labelled as populist (such as PiS and Fidesz), and extreme right-wing parties with a highly ethnocentric vision of the world close to identity fundamentalism (such as LPR and Jobbik). We hope for contributions following in the footsteps of András Bozóki concerning the shift that occurred in East European politics in the 2000s: whereas during the 1990s, the far right-wing and populist parties saw their influence restricted by their dimension of protest, some of them, in the following decade, managed to combine their various earlier themes in the rhetoric of a “second revolution” against the political and institutional consensus established in 1989 (Bozóki, 2008).

The papers may take one of two approaches:

1) A transversal investigation of the major changes occurring in these countries since the 1990s, their possible radicalisation, and the ways parties like PiS and Fidesz built sustainable social alliances among their electorates, raising the question both of the specific features of the countries of Central and Eastern Europe and how these ideological references, especially neo-conservatism, cross borders. Conversely, one basis of investigation might be how some more traditional parties, such as the ODS in the Czech Republic, maintained control of some of these topics.

 

2) A more monographic approach studying some of these parties (or groups of parties, in an evidence-based comparative manner), focusing on the analysis of their mobilisation, professionalisation and ideological structuring over time. In terms of professionalisation, we would welcome papers describing situations that differ between regions or at various local levels. Sociologically, such case-studies will address the problematic issue of whether these parties should be called populist at all, examining the limitations of this label and its use for political stakeholders in post-Communism (given that some movements classified on the left also attract it). They should also attend to the historicity of the various processes.

 

Proposals for papers, length 5,000 characters, with a short biography of the author, should be sent to the RECEO office by 31 May 2014. They will be reviewed by the members of the RECEO editorial committee. The result of this review will be sent to authors by 15 July 2014. The final texts, no longer than 60,000 characters, should be sent to the RECEO office by 31 December 2014. These papers will be submitted to double-blind reviewing.

Please send submissions either

directly to the editorial office: Stéphanie Cirac <stephanie.cirac@cercec.cnrs.fr>

or to the feature coordinator: Frédéric Zalewski <fzalewski@u-paris10.fr>

The Revue d’Etudes Comparatives Est-Ouest is indexed in Econlit (Pittsburg, USA), Current Contents Social and Behavioral Sciences (Philadelphia, USA), Social Sciences Citation Index (Philadelphia, USA), PAIS International (New York, USA), Francis (Vandoeuvre, FR), Elsevier Bibliographic Databases (Scopus), Web of Science, AERES.

Bibliography

Bell Daniel (1973), The Coming of Post-Industrial Society, New York, Basic Books.

Bozóki Andras (2008)., « Consolidation or Second Revolution ? The Emergence of the New Right in Hungary », Journal of Communist Studies and Transition Politics.

Dalton Russel J. (1988), Citizen Politics. Public Opinion and Political Parties in Advenced Industrial Democracies, Chatham, Chatham House Publishers.

Ignazi Piero (2003), Extreme Right Parties in Western Europe, Oxford, Oxford University Press.

Kitschelt Herbert (1995), The Radical Right in Western Europe. A Comparative Analysis, Ann Arbor, The University of Michigan Press.

Mudde Cas (1999), « The Single-Issue Party Thesis : Extreme Right Parties and the Immigration Issue », West European Politics, 22, 3.

Mudde Cas (2013), « Three Decades of Populist Right Parties in Western Europe: So What ? », European Journal of Political Research, 52.

Mudde Cas & Kopecky Petr (2003), Uncivil Society ? Contentious politics in post-communist Europe, Londres, Routledge, 2003.

Tavits Margit (2005), « The Development of Stable Party Support : Electoral Dynamics in Post-Communist Europe », American Journal of Political Science, 2

Anne Le Huérou

Maîtresse de conférences à l'Université Paris Nanterre, Institut des sciences sociales du politique (ISP UMR 7220), associée au CERCEC (UMR 8083)

More Posts - Website

La crise d’octobre 1993 : sources et documents

Afisha_Kavkaz_03

Ci dessous plusieurs sources internet qui ont publié soit à l’occasion du XXeme anniversaire soit auparavant des documents et des analyses. N’hésitez pas à laisser des commentaires pour signaler des articles, blogs émissions ou autres sources intéressantes. Sauf indication contraire, les documents cités sont en russe.

  •  Memorial, organisateur de l’exposition présentée actuellement à Moscou (voir le billet), a commencé à rassembler des documents et des témoignages sur les événements immédiatement après le 4 octobre, à l’initiative de Mikhail Guefter. Sur la page publiée à l’occasion des 15 ans d’octobre 1993, on trouve rassemblés l’ensemble des documents présentés, notamment une liste très complète d’archives de presse, des extraits de communications radio entre les forces de l’ordre et une analyse d’A. Tcherkassov.
  • sur le site guefter.ru  de nombreux articles et entretiens
    • un article publié le 23 septembre 2012d’Elena Strukova, responsable de la bibliothèque historique de Moscou, rappelle la mémoire de ces événements et la maniére dont ils s’insèrent dans l’histoire politique de la Russie post-soviétique.
    • des entretiens menés par Sergeï Mitrofanov avec Lev Ponomarev et Piotr Filippov ainsi qu’une analyse de Sergeï Mitrofanov
  • Une interview de l’historien et acteur des événements Alexandre Shubin
  • Radiosvoboda consacre une rubrique rétrospective aux événements de 1993: « l’assaut contre la maison blanche, 20 ans après ». Très riche dossier: photographies, interviews des acteurs et témoins de l’époque (R. Khasboulatov, S. Kovalev, L Filatov, V. Sheinis, I. Konstantinov, I.Rybkin, etc), analyse de journalistes, experts, sociologues (A. Tarasov, A. Cherkassov, A. Babitski et M. Sokolov – qui a également mené une grande partie des interviews), chronique des événements par D. Volchek. La rubrique est très régulièrement alimentée.
  • Le site russe de la BBC consacre une brève chronique vidéo et un micro-trottoir « et si Eltsine avait perdu« . Il y a 10 ans, il revenait déjà sur ces événements (voir la chronologie, mais aussi l’article « que sont-ils devenus » sur les principaux acteurs dix ans après)
  • sur le site Svobodnaïa Pressa des analyses de Sergeï Mitrofanov et Andreï Savelev
  •  “A nouveau la Maison Blanche” : album en ligne des photographies de Dmitri Borko prises en octobre 1993. Ainsi que la page de Dmitri Borko sur grani.ru
  • Analyse de Lilia Shevtsova de la fondation Carnegie (« Octobre 1993: comment est née l’autocratie »)
  • Le journal Kommersant publie également une chronique des événements, un rappel des principaux acteurs etune galerie en ligne des photos prise à l’époque par ses reporters.
  • A voir : le reportage « Maison blanche, fumée noire » du journaliste de NTV V. Chernyshev. Le reportage défend l’idée d’un coup d’Etat voulu par les deux côtés,  donne la parole à de nombreux acteurs des événements et s’interroge sur les enquêtes menées ensuite et sur le rôle de la communauté internationale (durée : 1h45). Disponible également sur youtube. Discussion autour du film ici
  • Diffusé également dans la nuit du 3 octobre 2013, un reportage de la première chaine russe (1 Kanal) 1993 – Automne en feu, sur les événements autour d’Ostankino (si le lien ne fonctionne plus, voir sur youtube)
  • A propos de la « prise » d’Ostankino et des violences qui s’y sont déroulées, on peut lire en plus du récit d’Andrei Babitski les souvenirs précis et personnels du journaliste Otto Pohl qui y a été blessé, et est revenu ensuite pour retrouver qui avait tiré. (en anglais)
  • Pour les non-russophones, quelques références : sur rferl.org, l’émission the Power Vertical ainsi qu’un portrait des principaux acteurs.
  • Sur grani.ru, deux videos – souvenirs des membres des « brigades sanitaires », volontaires ayant apporté leur aide aux victimes durant les journées d’octobre – et discussions sur le nombre de morts.
  • Une autre gros dossier en ligne sur lenta.ru, en 6 chapitres (du partage du pouvoir à l’assaut sur la maison blanche), un prologue et un épilogue, avec de nombreux extraits de vidéos de l’époque et des extraits d’entretiens, souvenirs ou documents d’époque.
  • Colta.ru confronte les opinions :  y avait-il une alternative?, la lettre des 42 (intellectuels en soutien à Eltsine), ce que la jeunesse actuelle sait d’octobre 1993. Également compte-rendu d’une exposition à Moscou et du livre de S. Shargunov,  1993.
  • Encore deux bonnes émissions radios sur Ekho Moskvy, interviews de Serguei Buntman avec A. Tcherkassov (ce que nous disent les communications radios autour de la Maison Blanche) et Veronika Kutsyllo, correspondante du journal Kommersant à l’époque.

Et encore (pour les non-russophones)…

Anne Le Huérou

Maîtresse de conférences à l'Université Paris Nanterre, Institut des sciences sociales du politique (ISP UMR 7220), associée au CERCEC (UMR 8083)

More Posts - Website

Un mois d’aout à Golianovo : la lutte contre l’immigration illégale, la corruption policière, et l’élection municipale de Moscou

Bonjour, ce billet reprend quelques aspects de l’actualité de l’été en Russie sur la question des discours et politiques mises en oeuvre sur les migrations. Les liens à activer dans le texte renvoient sur des articles en russe. bonne lecture,

Anne Le Huérou, Université de Nanterre /CRPM, CERCEC

A quelques semaines d’une élection municipale très médiatisée dans la capitale russe, la « question migratoire » est revenue sur le devant de la scène cet été en Russie, à la faveur d’un incident révélateur du brouillage entretenu de manière récurrente sur ce dossier. L’élément déclencheur, l’attaque contre un policier venu effectuer une arrestation sur un marché par un groupe de personnes originaires du Daghestan – n’a que peu de rapport avec ce qui suit — une série de raids sur les marchés aboutissant à l’interpellation de plusieurs centaines d’étrangers en situation irrégulière, en particulier des Vietnamiens, retenus avant leur expulsion dans un camp de toile de fortune, installé durant trois semaines dans le quartier de Golianovo.

Opération « électorale » ou  préfiguration d’une nouvelle étape dans un durcissement de la politique migratoire de la Russie, ces événements ont en tout cas permis aux autorités d’afficher la volonté de lutter contre plusieurs problèmes à la fois : celui des migrants illégaux qui seraient en trop grand nombre, non seulement dans la capitale mais dans tout le pays, un argument récurrent dans le débat public depuis plusieurs années : des centres de rétention pérennes seraient en construction en divers endroits du pays et une loi devrait venir encadrer leur fonctionnement, alors que des groupes de citoyens s’opposent à la construction de camps dans leur voisinage ; mais aussi celui de la corruption des forces de police, et des services en charge des migrants vecteurs de ces illégalismes. Un effet d’aubaine certain pour les autorités à quelques semaines des élections municipales, alors que, comme l’indiquait début juillet un sondage du Centre Levada, plus de la moitié des Moscovites considéreraient que le problème n°1 est la présence trop importante dans la capitale de migrants « du Nord Caucase » et d’Asie Centrale. La confusion entretenue dans le débat public entre travailleurs migrants et citoyens russes de nationalités « non slaves » est un autre élément à prendre en compte.

La presse, notamment électronique, et la blogosphère ont largement couvert ces événements, souvent de manière critique Les migrants ont été au cœur des débats de la campagne électorale, quasiment tous les candidats évoquant les détails de leur politique migratoire, et se livrant à une certaine surenchère nationaliste, alors que les arguments économiques et démographiques en faveur de l’immigration de travail reculent au profit de la nécessité de protéger à la fois la main d’œuvre locale mais aussi de ne pas ralentir la capacité d’innovation et la productivité de l’économie par la présence d’une main d’œuvre trop bon marché. Les statistiques de la criminalité « ethnique » ont aussi été le sujet de vifs débats.

Tandis que les ONG s’émouvaient des conditions de détention et du respect des droits des personnes retenues dans le camp, notamment les demandeurs d’asile, et interpellaient les candidats à la mairie de Moscou, les autorités annonçaient l’ouverture de camps similaires dans toutes les grandes villes du pays et la rédaction rapide d’une loi légalisant ces camps de rétention préalable à l’expulsion des étrangers en situation irrégulière, dont l’expulsion des ressortissants Vietnamiens retenus dans la camp de Golianovo est un premier exemple.. Au cours des opérations sur les marchés, on a observé à plusieurs reprises, notamment à St Petersbourg, la présence de groupes, parfois ouvertement nationalistes  parfois agissant aux cotés de la police ou du service des migrations pour procéder aux « nettoyage » des marchés des migrants illégaux, une pratique était déjà dénoncée il y a plusieurs mois lors que l’UFMS de Moscou avait autorisé la création de milices pour l’aider à lutter contre l’immigration illégale.

Anne Le Huérou

Maîtresse de conférences à l'Université Paris Nanterre, Institut des sciences sociales du politique (ISP UMR 7220), associée au CERCEC (UMR 8083)

More Posts - Website

Parution – Une paradoxale oppression : le pouvoir et les associations en Russie par Françoise Daucé

Nous avons le plaisir de vous annoncer la parution de l’ouvrage de notre collègue Françoise Daucé
Une paradoxale oppression. Le pouvoir et les associations en Russie. CNRS Editions, Coll. Mondes russes et est-européens, 2013. 228 p.
 

Quatrième de couverture

À l’hiver 2011-2012, pour dénoncer les fraudes électorales, les citoyens russes sont descendus par dizaines de milliers dans les rues de Moscou. Surpris par ce réveil de la société civile, le Kremlin leur a aussitôt opposé les forces de l’ordre et accentué la lutte contre la présence étrangère dans le pays. La répression a alimenté la chronique de l’autoritarisme russe. Pourtant, depuis le début des années 2000, si le gouvernement recourt à la force, il emprunte aussi des outils à la démocratie libérale. Cet étonnant paradoxe est au cœur de ce livre. Les autorités russes mettent en effet en œuvre des programmes de soutien à la société civile qui permettent le développement de formes plus douces de contrainte politique, en s’appuyant sur un mélange complexe de coercition et d’incitations. Cette ambivalence trouble jusqu’aux défenseurs des droits de l’homme, à la recherche de compromis entre affrontement et coopération. Fondé sur des enquêtes de terrain, ce livre renouvelle l’analyse des relations entre l’État et la société dans la Russie contemporaine. En replaçant les mobilisations actuelles et les choix de Vladimir Poutine dans une perspective historique, il montre comment le pouvoir russe innove et se modernise pour mieux consolider sa domination politique.

Pour plus d’informations : http://www.cnrseditions.fr/Philosophie-et-histoire-des-idees/6741-une-paradoxale-oppression-francoise-dauce.html

Anne Le Huérou

Maîtresse de conférences à l'Université Paris Nanterre, Institut des sciences sociales du politique (ISP UMR 7220), associée au CERCEC (UMR 8083)

More Posts - Website

Solidarité avec le Centre Levada à Moscou

La liberté de la recherche scientifique en Russie est en danger

Solidarité avec le Centre analytique Levada à Moscou

Signez la pétition en ligne sur le site de la revue Osteuropa

Depuis l’adoption par la Douma en juillet 2012 de la loi sur les ONG, exigeant de ces dernières, au cas où elles s’occupent « d’activités politiques » et reçoivent de « l’argent de l’étranger » qu’elles se fassent enregistrer comme « agents de l’étranger », les ONG russes, qui ont unanimement refusé de se faire enregistrer sous cette appellation diffamante, qui rappelle l’époque stalinienne, se savent en danger, le flou des termes permettant de s’attaquer à toute organisation indésirable et de l’interdire.

Après une période de latence, les différents organismes de contrôle, depuis le FSB jusqu’aux services fiscaux ont lancé une vague de contrôle dont des centaines d’ONG ont été l’objet à travers tout le pays, depuis les plus connues comme Memorial ou la fondation Sakharov jusqu’aux petites associations locales de défense de la  nature ou d’aide aux enfants handicapés.

Si nombre de ces associations attendent toujours les conclusions des contrôles, le Centre analytique Youri Levada, un institut de recherche sur l’opinion publique ayant statut d’organisation à but non lucratif, a reçu le 15 mai une « lettre d’avertissement » de la procurature interarrondissements du quartier Saviolovski de Moscou, où celle-ci notifiait au Centre Levada qu’il était en infraction avec la loi sur les agents étrangers et qu’il devait ou bien cesser toute activité publique ou bien s’enregistrer comme agent étranger et que sinon le Centre et son directeur seraient l’objet de mesures administratives. Comme l’a déclaré le directeur du Centre Levada, il est pour eux hors de question d’accepter l’étiquette infamante d’agent étranger, et donc il s’agit d’une décision menant à la liquidation du Centre.

Ainsi,  les autorités russes poussent à la fermeture un institut de recherche indépendant dont les enquêtes d’opinion et les travaux sociologiques font autorité dans la communauté scientifique nationale et internationale et sont incontournables pour toute personne travaillant sur la Russie d’aujourd’hui. Les autorités russes nient la spécificité du travail scientifique et la nécessité de recherches internationales et donc de financements internationaux.  Elles font obstacle ainsi à l’intégration des chercheurs russes à la communauté scientifique mondiale. S’attaquant au Centre Levada, qui occupe dans cette communauté une place prestigieuse grâce à la qualité de ses recherches empiriques et la transparence de ses méthodes, les autorités russes veulent étouffer la recherche sociologique indépendante, confondant délibérément étude de la société et de la vie politique et l’activité politique. D’autres centres d’étude de l’opinion publique comprenant que ces mesures peuvent rapidement les atteindre eux aussi, ont pris la défense du Centre Levada.

Les actions des autorités russes contre le Centre Levada et les ONG en général portent atteinte à la liberté de la recherche et à la liberté d’opinion ; elles violent la Constitution de la Russie et la Convention européenne des droits de l’homme. Nous nous élevons contre cette politique qui tourne le dos à la démocratie et pousse le pays vers l’isolement.

  • Nous demandons aux autorités russes de mettre fin à leurs violations de la Constitution et du droit européen et d’arrêter ses attaques contre le Centre Levada.
  • Nous encourageons l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe d’adopter une résolution condamnant les contrôles des ONG russes et les tentatives de les stigmatiser par l’appellation « d’agents de l’étranger ».
  • Nous appelons les chercheurs, mais aussi tous ceux qui attachent de l’importance à la liberté de la recherche et à la liberté d’opinion, tous ceux qui sont inquiets de voir une régression des libertés et de la démocratie en Russie, à signer cette lettre.

Anne Le Huérou

Maîtresse de conférences à l'Université Paris Nanterre, Institut des sciences sociales du politique (ISP UMR 7220), associée au CERCEC (UMR 8083)

More Posts - Website

Appel à propositions : un octobre oublié ? conférence internationale à Paris les 18 et 19 novembre 2013, consacrée aux 20 ans d’octobre 1993 en Russie

Un Octobre oublié ? La Russie en 1993
Paris, 18-19 novembre 2013

« Je décrète la suspension des fonctions législatives, administratives et de contrôle du Congrès des députés du peuple et du Soviet suprême de la Fédération de Russie. (…) La Constitution (…) et la législation (…) restent en vigueur dans la mesure où elles ne contredisent pas le présent Décret ».
Moscou, Kremlin, 21 septembre 1993, 20 heures, Ukaz du Président n° 1400.

Présenté par les uns comme un moyen de sortir du conflit insoluble qui oppose le Président au Parlement depuis des mois, dénoncé par les autres comme un coup de force, ce décret de B. Eltsine ouvre la voie à une crise qui durera quatorze jours au cours desquels le conflit politique basculera dans l’affrontement violent. Du 21 septembre au 4 octobre 1993, la Russie connaît une crise politique majeure. En réponse à l’ukaz de B. Eltsine, les députés soutenus par le général Routskoï, Vice-président de la Russie, se réunissent en session extraordinaire, refusent de se soumettre à la décision présidentielle, s’enferment au Parlement (Maison Blanche) et tiennent le siège contre les forces de l’ordre. Des manifestations sont organisées dans la ville : les partisans d’Eltsine se réunissent près du Soviet de Moscou (Mossovet), ceux des députés près de la Maison Blanche. L’affrontement politique se conclut par le bombardement du Parlement par l’armée le 4 octobre sur ordre du Président et par l’arrestation des députés insoumis et de leurs partisans. Bilan : plus de 150 morts et 400 blessés.

Vingt ans après octobre 1993, le colloque a pour objectif de proposer une sociologie de cette crise politique cruciale mais aujourd’hui négligée. Dans cette perspective, il vise à interroger le récit officiel de l’événement, œuvre avant tout des vainqueurs dont la vision de l’affrontement et de ses conséquences, notamment institutionnelles, s’est imposée. Le colloque souhaite redonner place à des récits et des souvenirs alternatifs. Il entend analyser dans leur diversité les trajectoires individuelles et collectives des acteurs de l’époque. Portant sur la période précédant le conflit, sur son déroulement puis sur ses conséquences, il s’intéressera tant aux vainqueurs qu’aux perdants du conflit, à ses participants engagés et à ses observateurs. Une attention particulière sera accordée à la question du surgissement de la violence et de ses effets sur la crise et son dénouement.

Avant la crise, les acteurs politiques de l’époque ont agi dans un contexte incertain et complexe. La montée vers le conflit ne peut être analysée sur le mode du complot ou d’une ascension linéaire vers la crise violente ; celle-ci est en grande partie inattendue et n’avait rien d’inéluctable. La crise d’octobre 1993 est celle d’un pouvoir russe qui s’était construit contre le pouvoir de l’Union soviétique, avec l’élection en 1990 du Congrès des députés du peuple de la RSFSR. B. Eltsine, élu Président du Soviet suprême (chambre haute) en mai 1990, puis de la Russie en juin 1991, avait obtenu le soutien d’une majorité composite de députés dans sa lutte pour capter des compétences face à l’Union. Jusqu’à la mi-1991, le Président et les députés qui ne lui sont pas acquis (soit les 2/3 des sièges) ont des intérêts plutôt convergents. Une fois la chute de l’URSS actée, en décembre 1991, ces convergences s’affaiblissent. Des interrogations se font jour sur le type de régime à mettre en place : présidentiel, parlementaire ou mixte ? Des doutes croissants pèsent sur la mise en œuvre du programme économique de « thérapie de choc » aux lourdes conséquences sociales et économiques. Les oppositions se font de plus en plus marquées au sein du Congrès des députés du peuple (émergence des « rouges-bruns », division des « démocrates »…). Au cours de l’année 1993, plusieurs tentatives de conciliation menées par divers intermédiaires ont lieu. Des accords multiples, plus ou moins publics, plus ou moins respectés, se succèdent entre les deux pouvoirs sans parvenir à stabiliser la situation.

A l’automne 1993, après la publication de l’ukaz de B. Eltsine, les acteurs impliqués dans le conflit, du côté du Soviet suprême comme de la Présidence, improvisent. Le colloque tentera d’éclairer sous cet angle ce qui se passe dans la crise elle-même, en particulier les aspects suivants :

1. L’incertitude généralisée qui règne entre le 21 septembre et le 4 octobre. Il s’agit d’en prendre la mesure et d’explorer la façon dont elle affecte les perceptions, anticipations et calculs des acteurs. Les informations qui circulent sont partielles et partiales, laissant le champ libre aux malentendus, aux coups de bluff et à la diffusion de rumeurs. Certains acteurs choisissent l’engagement alors que d’autres privilégient l’attentisme.
2. Comment les mobilisations affectent-elles les divers univers sociaux et lieux institutionnels dans lesquels elles se déploient (champ politique et Parlement, armée et police, Présidence, différents secteurs étatiques, presse écrite, TV, radio, etc.) ? Par quels clivages ces univers sont-ils traversés, comment évoluent-ils au cours de la crise ? Quelles sont les coalitions d’acteurs qui se cristallisent alors ? Quel a été le rôle des syndicats, des partis et des organisations sociales (notamment celles qui refusent de s’engager d’un côté mais vont aider les blessés) ? Ces mobilisations atteignent-elles également d’autres acteurs (ministères fédéraux, pouvoirs régionaux, pouvoir judiciaire…) et avec quels effets ?
3. Les échanges de coups entre les protagonistes : comment a été prise la décision de dissoudre le Parlement, comment a émergé la riposte des parlementaires oppositionnels ? Quelle a été la place des manifestations de rue dans le déroulement de l’événement ? Comment s’est fait le passage à la violence ouverte, qu’est-ce qui l’a rendue possible ? Comment l’armée et la police sont-elles intervenues : comment s’est effectué le maintien de l’ordre pendant les journées d’octobre, la police « savait-elle faire » ? Comment expliquer et qualifier les relations entre la Présidence et le haut commandement militaire au cours de cette période ? Quand et comment le choix de bombarder le Parlement a-t-il été fait ?
4. Enfin, quelles ont été les négociations et les tentatives de médiation au cours de ces quatorze jours ? La démarche de l’Eglise orthodoxe en ce sens est connue ; y a-t-il eu des tentatives de médiation moins publicisées (d’Etats occidentaux, post-soviétiques ou encore d’autres acteurs) ?

A l’issue du conflit, de nouveaux rapports de force apparaissent dans la compétition politique. L’histoire des institutions qui naissent de la crise a été largement écrite. Les élections parlementaires de décembre 1993 et le référendum qui mène à l’adoption de la Constitution ont été bien analysés. Cependant, les choix institutionnels effectués à cette période posent question. Ils aboutissent à « réduire le champ des possibles » par rapport à toutes les formes qu’aurait pu adopter la démocratie russe et à figer des solutions institutionnelles très contingentes et qui n’étaient, avant 1993, que provisoires. A l’issue de cette crise, le devenir de l’opposition défaite est négligé. Il importe de voir pourtant comment l’opposition se réorganise, quelles sont ses formes d’action, ses modes de domestication par l’exécutif fédéral et quelles sont les trajectoires des anciens opposants à B. Eltsine après octobre 1993. Du côté de B. Eltsine, 1993 marque aussi une coupure dans la carrière politique d’une bonne partie de ses partisans, par exemple des députés « démocrates » qui ne seront pas réélus en 1993 et de nombreux citoyens qui s’étaient engagés dans le « mouvement démocratique » à la faveur de la perestroïka : certains se détourneront totalement de l’activité politique, d’autres se reconvertiront dans des carrières associatives ou économiques.

Si l’attention s’est particulièrement portée sur les événements à Moscou, qui seuls ont dégénéré en affrontement violent, il n’en reste pas moins que la dissolution, partout en Russie, des soviets locaux et régionaux ouvre une période de désenchantement durable vis-à-vis du politique tandis qu’elle accélère les recompositions du pouvoir régional autour du partage de la propriété notamment.

A plus long terme, il importe de voir quelles nouvelles pratiques et représentations se développent dans l’espace politique russe. Octobre 1993 a pu être considéré comme une étape dans le « déraillement » démocratique du régime et comme la matrice des évolutions politiques du pays jusqu’à V. Poutine. Le conflit a aussi été considéré comme préfiguration de l’usage de la violence à des fins intérieures (notamment pour rétablir l’ordre en Tchétchénie). Octobre 1993 interroge aussi le rapport de la Russie à l’Occident. Quels ont été les effets de cet affrontement sur la place de la Russie sur la scène internationale ?

Pour interroger ces différents aspects, le colloque entend redonner une place centrale aux divers acteurs du conflit. Dans cette perspective, l’appel à contributions s’articule autour de six grands axes :

 

– Interroger les acteurs de l’époque pour offrir de nouvelles sources de connaissance de l’événement. En l’absence d’accès aux archives, en l’absence de commission d’enquête à l’issue du conflit, les recherches actuelles se fondent sur des témoignages d’acteurs engagés dans l’un ou l’autre camp, de journalistes, sur des recueils de documents et de textes. Le colloque pourra permettre de réfléchir à la constitution et à l’usage de ces sources et contribuer à les compléter.

– Comprendre les enjeux du conflit identifiés par les acteurs : quels modèles politiques sont en compétition à leurs yeux ? Autour de quoi se battent-ils ? Quelle est la part accordée aux questions institutionnelles, aux questions de légitimité, mais aussi aux modalités d’exercice du pouvoir ? Quels sont les débats autour des réformes économiques, leurs significations ?

– Mettre en lumière la diversité des trajectoires des acteurs politiques, des ressources dont ils disposent et qu’ils mettent en œuvre aux différents moments. L’analyse sera attentive au positionnement des différents types d’acteurs : institutionnels, politiques, syndicaux, économiques, religieux… ainsi qu’à ceux qui se sont posés en médiateurs. Elle s’attachera également à la manière dont la crise a modifié leurs trajectoires et carrières.

– Comprendre la dynamique propre de la crise. Les motivations, objectifs et enjeux des acteurs qui donnent naissance à la crise sont ballottés ou transformés par les événements, au travers des mobilisations et des échanges de coups entre ces acteurs, la confrontation acquiert une dynamique autonome. Dans une situation d’incertitude généralisée, la compétition pour le pouvoir se mue en quelques jours en une lutte pour la survie politique de ses protagonistes et pour celle des institutions qu’ils prétendent incarner. Le conflit se déroule dans des lieux physiques considérés comme stratégiques et symboliques (la Maison Blanche, le Kremlin, la tour de télévision d’Ostankino, le Mossovet…). Il a surtout sa topographie sociale, i.e. les espaces sociaux et arènes institutionnelles – champ politique, Parlement, Présidence, secteurs étatiques (dont l’armée et la police), pouvoirs régionaux, univers des médias, etc. – où se produisent les mobilisations et contre-mobilisations et où s’échangent les coups. Alors que tout paraît tranquille ailleurs dans Moscou et sa périphérie, que se passe-t-il dans les autres régions ? Comment regarde-t-on le conflit dans les ex-républiques soviétiques ?

– Analyser les temporalités du conflit et de ses conséquences. Dans la crise, les acteurs ne jouent pas tous selon les mêmes temporalités. Le temps n’est pas linéaire, il y a des accélérations, des basculements (notamment marqués par le passage à la violence). Le temps des réformes institutionnelles n’est pas le même que celui des réformes économiques. Entre 1991 et 1993, comment se font les parallèles ? 1993 par rapport au passé soviétique ? Dans l’histoire des années 1990 ? Et depuis 2000, une politique de l’oubli ?

– Faire sens de 1993 : Quelle mémoire du conflit se perpétue, et dans quels groupes ? Quels lieux font mémoire ? Au-delà des interprétations politiques du conflit, quelles productions littéraires, cinématographiques, artistiques contribuent à la mémoire de cet événement ? Comment l’Etat russe reconnaît-il ses responsabilités et le rôle des uns des autres (décoration des militaires, amnistie) ? Quelle justice, quelles réparations sont-elles envisagées ? Le déroulement de la crise et son résultat constituent-t-ils le début du délitement du pouvoir du Centre sur les régions et du fédéralisme asymétrique ? Comment les chercheurs en Russie et ailleurs dans le monde ont-ils analysé cet événement et comment leurs analyses ont-elles pu contribuer à la formation du « sens » de la crise de 1993 ?

Informations pratiques :
Ce colloque interdisciplinaire est ouvert à des contributions d’historiens, de sociologues, de juristes, d’économistes, de chercheurs en science politique et relations internationales ou en tout autre domaine des SHS. Des contributions de témoins et d’acteurs de cette période, situés à différents endroits (physiques et politiques) du « théâtre des opérations », sont également les bienvenues.
Les personnes souhaitant participer sont priées d’envoyer à l’adresse octobre1993@centre-fr.net un résumé de 300 à 500 mots dans une des langues de travail du colloque, accompagné d’une brève notice biographique (pas de CV) pour le 15 mars 2013. L’envoi d’un résumé en anglais en plus d’un résumé en français ou russe sera apprécié.
Les participants retenus en seront informés avant la mi-avril 2013.
Il sera demandé aux participants un « résumé long » de 5 -7 pages environ (3 à 5000 mots) pour le 1er octobre 2013.
Le colloque aura lieu au CERI, 56 rue Jacob, les 18-19 novembre 2013.
Langues de travail : français, anglais, russe (interventions possibles dans ces trois langues, une traduction français-russe et russe-français uniquement sera assurée).

Informations: www.centre-fr.net
Contacts : octobre1993@centre-fr.net
Bibliographie : http://russiaviolence.hypotheses.org/bibliographies/octobre-1993-in-russia-a-bibliography

Institutions organisatrices : Centre d’études franco-russe de Moscou (CEFR), en collaboration avec le Centre d’études et de recherches internationales (CERI, Sciences Po), le Centre d’étude des mondes russe, caucasien et centre-européen (CERCEC, EHESS), l’Institut d’histoire russe de l’Académie des sciences de Russie (IRI RAN, Moscou), l’Académie de l’économie et de la fonction publique de Russie (RANHiGS, Moscou), le Centre de recherches pluridisciplinaires multilingues (CRPM, Université Paris Ouest Nanterre), l’Institut des sciences sociales du politique (ISP, Université Paris Ouest Nanterre) et la Maison des sciences de l’homme (MSH, Paris).

Comité scientifique : Carine Clément (Institut Smolny, St-Pétersbourg), Françoise Daucé (Université Blaise Pascal Clermont-Ferrand/CERCEC), Myriam Désert (Université Paris IV/CERCEC), Michel Dobry (Université Paris 1/CESSP/ISP), Boris Doubine (Levada-Centre, Moscou), Gilles Favarel-Garrigues (CERI), Graeme Gill (Université de Sydney), Anne Le Huérou (Université Paris Ouest Nanterre/CRPM/CERCEC), Marie-Hélène Mandrillon (CERCEC, Paris), Rudolf Pikhoia (RANHiGS, Moscou), Jean-Robert Raviot (Université Paris Ouest Nanterre/CRPM), Amandine Regamey (Université Paris I/CERCEC), Kathy Rousselet (CERI), Carole Sigman (CEFR, Moscou/ISP), Serguei Zhuravlev (IRI RAN, Moscou).

Comité d’organisation : Françoise Daucé, Gilles Favarel-Garrigues, Anne Le Huérou, Amandine Regamey, Kathy Rousselet, Carole Sigman.

Anne Le Huérou

Maîtresse de conférences à l'Université Paris Nanterre, Institut des sciences sociales du politique (ISP UMR 7220), associée au CERCEC (UMR 8083)

More Posts - Website

Sociologie politique de la Russie contemporaine : reprise du séminaire à l’EHESS le 9 novembre 2012 de 13h à 15h

Nous vous annonçons la reprise du séminaire bi-mensuel :

Sociologie politique de la Russie contemporaine

2e et 4e vendredis du mois de 13 h à 15 h (salle 9, 105 bd Raspail 75006 Paris), du 9 novembre 2012 au 21 juin 2013.

La première séance aura lieu le vendredi 9 novembre 2012
Le séminaire est animé par :
Françoise Daucé, maître de conférences (HDR) à l’Université Blaise-Pascal, Clermont-Ferrand, CERCEC

Myriam Désert, professeur à l’Université Paris IV – Sorbonne, CERCEC

Gilles Favarel-Garrigues, chargé de recherche au CNRS (CERI)

Anne Le Huérou, maître de conférences à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense, CERCEC
Calendrier des premières séances :
1)  9 novembre 2012. Présentation du séminaire. Gilles Favarel-Garrigues (CNRS – CERI) : Police et répression en Russie : les conditions de l’enquête

 

2) 23 novembre 2012. Pär Gustafsson (Uppsala Centre for Russian and Eurasian Studies) : Commercial conflicts in Russia: the 1990s revisited.

 

3) 14 décembre 2012. Anne Le Huérou (Université Paris Ouest Nanterre La Défense) : La société russe face aux violences policières. Itinéraires d’engagement et modalités d’action.
Cette année quatre thèmes seront privilégiés pour la sélection des interventions : pouvoir et violence ; médias et politique ; réformes ; engagement et citoyenneté.
Plus d’informations sur la page :

http://www.ehess.fr/fr/enseignement/enseignements/2012/ue/544/

Pour les étudiants de master (1 ou 2), merci de contacter les enseignants rapidement pour la validation. L’assiduité sera prise en compte dans l’évaluation.

En espérant vous voir nombreux dès le 9 novembre
Cordialement,

L’équipe du séminaire

Anne Le Huérou

Maîtresse de conférences à l'Université Paris Nanterre, Institut des sciences sociales du politique (ISP UMR 7220), associée au CERCEC (UMR 8083)

More Posts - Website

Publications de sociologues sur l’anayse des mobilisations en Russie

Une équipe autour du sociologue Alexandre Bikbov a mené toute l’année 2011-2012 des enquêtes parmi les différents acteurs et groupes mobilisés dans les protestations en Russie

résumé en anglais : Alexander Bikbov. The Methodology of Studying “Spontaneous” Street
Activism (Russian Protests and Street Camps, December 2011—July 2012)
http://www.soclabo.org/index.php/laboratorium/article/view/41/91

vous les trouverez sur le lien suivant : http://www.soclabo.org/index.php/laboratorium/article/view/41

Александр Бикбов. Методология исследования «внезапного» уличного
активизма (российские митинги и уличные лагеря, декабрь 2011 – июнь
2012)

Анастасия Кальк. «Креативная» Болотная и «народная» Поклонная:
визуальный ряд митингов в российских СМИ

Александр Фудин. Наблюдатели в регионе: наброски к анализу

Anna Grigoryeva. Observing Okkupai: Practice, Participation, Politics
in Moscow’s Movable Protest Camp

Ольга Николаева. Мобилизация в поддержку российского протестного
движения во Франции. Взгляд изнутри

Александрина Ваньке. Рецензия на книгу « Разгневанные наблюдатели »

 

——>>>
http://a.bikbov.ru

Anne Le Huérou

Maîtresse de conférences à l'Université Paris Nanterre, Institut des sciences sociales du politique (ISP UMR 7220), associée au CERCEC (UMR 8083)

More Posts - Website

Contestation des élections municipales à Astrakhan et grève de la faim d’Oleg Cheïn : résumé et liens

voici quelques liens concernant les événements en cours à Astrakhan, où l’ancien député de la Douma d’Etat Oleg Cheïn, responsable régional de Russie Juste, militant actifs des mobilisations sociales,  et candidat à la mairie lors des élections du 4 mars, poursuit avec d’autres militants une  grève de la faim depuis le 16 mars, dénonçant les fraudes et contestant le résultat. Ce conflit local a pris une ampleur nationale et la valeur d’un test politique pour l’opposition, de nombreuses personnalités ont fait le déplacement à Astrakhan. Les revendications sont l’organisation de nouvelles élections. O. Cheïn s’est rendu à Moscou le 16 avril après que le président de la Commision Electoral Tchourov a accepté un visionnage commun des enregistrements videos du scrutin dans les bureaux de vote de la ville. une plainte officielle a été déposée au tribunal le 17 avril.

Enregistrement video d’une réunion de soutien

blog d’Oleg Cheïn

reportage de la chaine de TV internet raintv/tv Dozhd’

article de gazeta.ru « Mahatma Chein »

commentaires sur le meeting de soutien du 14 avril : « ici Astrakhan » et chronique sur grani.ru

sujet complet sur lenta.ru

 

Tags:

Anne Le Huérou

Maîtresse de conférences à l'Université Paris Nanterre, Institut des sciences sociales du politique (ISP UMR 7220), associée au CERCEC (UMR 8083)

More Posts - Website

Sociologie politique de la Russie contemporaine: séance du 23 mars annulée

La séance du 23 mars 2012 est annulée en raison de la tenue de la Journée d’études master et doctorants du CERCEC et nous vous prions de nous en excuser. Elle est reportée au vendredi 22 juin.

La prochaine séance du séminaire aura donc lieu le vendredi 13 avril 2012 :

Kathy Rousselet, Directrice de recherche Sciences Po, CERI

« L’autorité en contexte post-soviétique :
regard sur le fonctionnement des paroisses russes orthodoxes »

Séance suivante :
11 mai  – Peter H. Solomon, Jr., Professeur à l’Université de Toronto, interviendra sur la réforme des tribunaux et de la justice pénale en Russie sous D. Medvedev. Discutant : Gilles Favarel-Garrigues, Chargé de recherche CNRS, CERI.

Bien cordialement,
L’équipe du séminaire
Françoise Daucé, Myriam Désert, Gilles Favarel-Garrigues, Anne Le Huérou, Carole Sigman

Anne Le Huérou

Maîtresse de conférences à l'Université Paris Nanterre, Institut des sciences sociales du politique (ISP UMR 7220), associée au CERCEC (UMR 8083)

More Posts - Website