Un portail de référence sur les mobilisations sociales en Russie

bonjour

voici un portail tout à fait indispensable qui référence les principaux sites et projets en sciences sociales ayant trait aux mobilisations et mouvements de protestations en Russie.

Data

 

Anne Le Huérou

Maîtresse de conférences à l'Université Paris Nanterre, Institut des sciences sociales du politique (ISP UMR 7220), associée au CERCEC (UMR 8083)

More Posts - Website

Séminaire Sociologie politique de la Russie contemporaine : prochaine séance 28 novembre

Le vendredi 28 novembre de 11h00 à 13h00, à l’EHESS, 105, bd Raspail, salle 3.

 Nous accueillerons
Markku Lonkila, Professeur de sociologie, Université de Jyväskylä (Finlande),
qui nous présentera ses recherches en cours sur :
“Occupation of the Runet? The tightening state regulation of the Russian-language Internet and social media.” (L’intervention aura lieu en anglais)
Participeront à la discussion autour de cette intervention Ioulia Berezovskaya (directrice du site grani.ru bloqué en Russie) et Ksénia Ermoshina (doctorante à CSI Mines Paris Tech).
Lors de la séance suivante, le vendredi 12 décembre, nous écouterons :
Olga Bronnikova, docteure en géographie, chercheure associée à Eur’Orbem, lectrice à l’Université Paris-Sorbonne
sur le thème :
Compatriote et expatriote : deux figures idéal-typiques de la mobilisation politique dans l’émigration russe en France et en Grande-Bretagne (2011-2013)
Nous nous réjouissons de vous retrouver pour ce séminaire ouvert à toutes et tous !
Pour les étudiants en Master de l’EHESS, le séminaire est validable en histoire, études politiques et sociologie (6 ECTS pour le Master)
Anna Colin-Lebedev, Françoise Daucé, Myriam Désert, Gilles Favarel-Garrigues, Anne Le Huérou, Kathy Rousselet, Carole Sigman, Anna Zaytseva

Anne Le Huérou

Maîtresse de conférences à l'Université Paris Nanterre, Institut des sciences sociales du politique (ISP UMR 7220), associée au CERCEC (UMR 8083)

More Posts - Website

Appel à contributions revue Temporalités

n° 22 de Temporalités (2015/2) — « Temporalités et mutations du monde russe et post-soviétique »

Dossier coordonné par Natalia Leclerc (UBO) et Anne Le Huérou (Université Paris Ouest Nanterre, ISP, CERCEC)
Call for articles for Temporalités n° 22 (2015/2) — “Temporalities and Mutations in the Russian and Post-Soviet World” call for papers in english here

Vingt-trois ans après la chute de l’Union Soviétique, les termes et les concepts dans lesquels peut s’appréhender la Russie contemporaine ont évolué. Dans l’optique d’une lecture à l’aune des temporalités (c’est-à-dire d’une vision plurielle des temps humains, par opposition à une vision objectivée d’un temps qui serait continu et uniforme), les interprétations des mutations vécues se font concurrence : si la piste d’une conjoncture révolutionnaire n’a jamais été suivie, les questionnements sur la « transition », rapidement dépassés, ont été relayés par d’autres approches qui font place aux notions de path dependency, de transformations et de mutations qui vont bien au-delà d’un simple changement de régime, mais produisent des configurations inédites, pour l’analyse desquelles de nouveaux outils sont actuellement pensés. D’autres travaux ont mis en avant une superposition particulière de temporalités différentes (temps économique vs temps politique et temps sociétal) qui rendent d’autant plus complexe l’analyse de ces transformations.

De quelle manière les évolutions et les mutations sont-elles donc présentées ? Qu’est-ce qui relève, dans ces représentations, de la rupture, et de la continuité ?

Temporalités individuelles et collectives, mais aussi temporalités économiques, politiques et sociétales sont à envisager dans leur singularité, dans leurs articulations et leurs tensions. Les points de rupture et les bifurcations sont à envisager avec attention car ils ne correspondent pas toujours, loin s’en faut, à ce que le sens commun désigne comme les événements clés. Quant à la continuité, elle peut s’appréhender par un retour sur l’histoire russe et soviétique en particulier par la manière dont celle-ci est convoquée comme source de modèles, d’antithèses ou de références. L’histoire (history) inspire ainsi une réflexion sur les mutations vécues, mais également des pratiques, mises en œuvre dans le cadre de politiques publiques et institutionnelles.

L’histoire racontée (les récits historiques – stories), qu’elle raconte l’histoire collective ou individuelle, met en évidence ces ruptures et/ou ces continuités. L’histoire comme formalisation de la mémoire collective relève de l’activité herméneutique qui, dans ses manifestations extrêmes conduit de l’interprétation à la réinterprétation et à la falsification. La mémoire collective passe aussi par la constitution d’un patrimoine, institution qui est aujourd’hui interprétée comme appartenant à l’ordre du figement. Face aux processus propres à la constitution ou à la fabrication d’une mémoire collective, on trouve aussi la construction des mémoires individuelles, qui passent par la tenue d’un journal ou par le témoignage rétrospectif. C’est ce que propose A. Yurchak qui convoque différents matériaux et plusieurs disciplines pour montrer dans Everything was forever, until it was no more à la fois à quel point le régime soviétique tardif semblait éternel et comment sa fin était attendue et prévisible. Les écrits, les récits de vie comme sources de connaissance pour les sciences sociales des mutations vécues par le monde russe peuvent être un axe d’étude pour comprendre quel rôle joue le passé et son appréhension dans l’écriture du présent et de l’avenir. En outre, le travail sur la vie quotidienne permettrait une approche anthropologique de la question des temporalités dans le monde russe.

Cette histoire est à la fois celle de l’empire russe d’avant 1917, et celle de l’Union soviétique. Dans les représentations « grand public » des mutations de la Russie actuelle, on rencontre des discours qui mettent en avant le retour du soviétisme, ou bien la question de l’empire – pour aboutir souvent à la conclusion hâtive selon laquelle la Russie vit dans une forme assumée de continuité, notamment celle du pouvoir fort. L’analyse des discours, des représentations et des pratiques permettra de déceler l’utilisation de références à une cyclicité dans le cadre de la fabrication d’un autre système, d’une reconfiguration, d’une nouvelle combinaison, qui associe les éléments anciens aux mutations nécessairement nouvelles.

Dans la catégorie des représentations, il serait également intéressant d’étudier le rôle des mythes, qu’il s’agisse de ceux auxquels adhèrent les Russes en Russie, ou de ceux que se fabriquent les Occidentaux. Le mythe a une fonction fondatrice, une fonction d’identification, mais aussi d’explication, il est ancré dans le temps long : comment s’écrit-il et quelle influence a-t-il dans la construction des nouvelles configurations russes ? Du reste, la notion de mythe elle-même est à interroger : créer une configuration mythique est sans nul doute une ambition du pouvoir, mais le marketing politique suffit-il à donner naissance à une telle construction ?

Si l’on s’intéresse au court terme, une des catégories du temps est celle du rythme et du tempo : par quels moyens le pouvoir donne-t-il son tempo à la société russe ? Et comment ce tempo donné sur l’action à court terme se combine-t-il avec le sentiment donné par V. Poutine à la société que le pays est en voie de redressement sur le long terme – ou même que le processus est abouti, compte tenu de la place retrouvée de la Russie sur la scène internationale par exemple (la gestion de la crise ukrainienne peut fournir une étude de cas intéressante sur ce point) ? Ceci amène à une autre interrogation, celle du tempo que la Russie chercherait à donner au monde en procédant à des transformations qui contribuent à construire un nouvel ordre international, introduisant de l’incertitude qui rendrait caduque la temporalité de l’après-guerre froide.

Le tempo du pouvoir est donné par la politique intérieure sous sa forme institutionnelle, c’est-à-dire par les réformes conçues, votées puis mises en application sous la présidence de V. Poutine – processus dont le calendrier serait intéressant à observer. Mais il passe aussi par la politique intérieure en tant qu’elle est menée par l’homme V. Poutine, et son instauration d’une verticale du pouvoir, qui engendre en retour résistances et révoltes, émergence d’oppositions ou au contraire de mouvements de soutien et d’appui au pouvoir en place. Quelle utilisation des médias et des réseaux sociaux observe-t-on dans le renouvellement ou le développement des modes de mobilisation et comment reconfigurent-ils les temporalités politiques ?

On pourra également accorder une importance particulière aux temporalités de crise : face aux conjonctures critiques, le pouvoir est tantôt dans une logique de confrontation (la crise constitutionnelle d’octobre 1993 en fournit un exemple), tantôt dans une logique d’aplanissement.

De manière générale, caractériser les différentes temporalités à l’œuvre dans les discours sur la Russie actuelle permet de réfléchir aux temporalités que l’on associe généralement aux régimes dits démocratiques représentant la plupart des sociétés occidentales et montrer en quoi elles se distingueraient d’autres régimes. On peut par exemple s’intéresser aux temporalités propres au vote et aux campagnes électorales, ainsi qu’à l’alternance. La notion de temporalités pourrait être explorée sur le long et le court terme. Elle recouvre le rapport au temps dans toute sa diversité : les temps sociaux et de sociabilité de la vie quotidienne, le rapport à la culture et à la politique.

La revue Temporalités étant pluridisciplinaire, les articles attendus pourront relever de différentes disciplines des sciences humaines – sociologie, anthropologie, économie, science politique, histoire, droit, linguistique. Cette liste n’est pas exhaustive. La revue privilégie la publication des résultats de recherches empiriques et dont le périmètre est clairement délimité.

Envoi des projets d’articles

La sélection des projets d’articles se fera à partir d’une note d’intention de 5 000 signes, qui devra parvenir aux coordinateurs du numéro, Natalia Leclerc (natalialeclerc@gmail.com) et Anne Le Huérou (anne.lehuerou@free.fr), ainsi qu’au secrétariat de rédaction de la revue (temporalites@revues.org) avant le 15 décembre 2014.

Calendrier récapitulatif, échéances :

Réception des propositions (résumés de 5 000 signes maximum) : 15 décembre 2014
Réponse des coordinateurs : 15 janvier 2015
Réception des articles (50 000 signes maximum) : 15 avril 2015
Retour des expertises des referees : 30 mai 2015
Réception de la version révisée : 1er septembre 2015
Remise des version définitives : 15 octobre 2015
Parution : décembre 2015

Nos consignes aux auteurs : http://temporalites.revues.org/684

Nos procédures :http://temporalites.revues.org/683

Anne Le Huérou

Maîtresse de conférences à l'Université Paris Nanterre, Institut des sciences sociales du politique (ISP UMR 7220), associée au CERCEC (UMR 8083)

More Posts - Website

« Memorial » en danger : une lettre ouverte au ministre de la Justice de la Fédération de Russie

Nous publions ci-dessous une lettre ouverte au ministre de la Justice de la Fédération de Russie, signée par plus de 250 personnes, pour la plupart enseignants et chercheurs spécialistes de la Russie, pour défendre l’association Mémorial, qui subit actuellement  des intimidations et des pressions. Memorial est convoqué très prochainement, début novembre, devant la justice russe avec des conséquences qui pourraient être particulièrement graves.

————————–

Texte en français (le texte russe est à la fin de ce document)

pdf : Memorial 2014

Monsieur le Ministre de la Justice de la Fédération de Russie

Aux bons soins de Monsieur l’Ambassadeur de Russie en France

Le 20 octobre 2014

Monsieur le Ministre,

Nous avons appris que l’association Mémorial de Russie était convoquée par la justice de la Fédération de Russie le 13 novembre 2014 et menacée de fermeture. Cela fait suite à plusieurs menaces et pressions qui ont marqué la vie de Mémorial et certaines des organisations qui la composent ces trois dernières années. Nous tenons par cette lettre à exprimer notre très grande préoccupation, tant l’association Mémorial fait partie du passé et du présent de la Russie contemporaine, de cette Russie attachée à son histoire et à ses transformations récentes. Mémorial y réalise un travail unique qui assemble mémoire, histoire et défense des droits de l’homme.

L’association Mémorial a pris et prend une part active, sans doute la plus active qui soit, pour mener un travail de mémoire. Depuis les années 1980, elle a ainsi rassemblé des milliers de noms et d’histoires de vies plongés dans le silence, menacés d’effacement. Ce travail de collecte d’informations rigoureux et persévérant a permis à de très nombreux Russes de retrouver les traces de leurs proches et de reconstituer les liens avec le passé de leurs familles, de leur pays. En rétablissant la vérité et en contribuant à la connaissance de l’histoire nationale, Mémorial a aidé toute la société russe, à des moments cruciaux de son histoire, à retrouver une volonté et une dignité nécessaires pour aller de l’avant et se transformer. La façon dont l’association Mémorial s’est construite, d’en bas, grâce aux initiatives et à l’engagement de milliers de personnes, correspond à ce besoin de se souvenir, de transmettre la mémoire individuelle, familiale, nationale, de se sentir responsable du passé, et par là-même du présent et de l’avenir de son pays.

Mémorial est plus encore qu’une association au service de la mémoire et des droits de l’homme. Elle anime la vie intellectuelle contemporaine de la Russie. Son impact est immense, tant à l’intérieur du pays que dans le monde. Universitaires et intellectuels français, nous avons vécu toutes ces dernières années avec Mémorial, avons utilisé ses travaux, avons participé aux séminaires, rencontres, autres activités que cette association a menés et où elle était invitée. Cette association est une composante essentielle de notre lien à tous avec la Russie, une composante pour laquelle nous avons un immense respect et une immense admiration. Nous ne pouvons imaginer la Russie sans Mémorial, ou avec une association Mémorial bouleversée. C’est une partie de notre humanité, une partie de la conscience à l’échelle du monde qui disparaîtrait.

Le monde contemporain est traversé aujourd’hui de multiples tensions, contradictoires. Dans ce monde exposé aux violences, des organisations comme Mémorial permettent que se poursuivent des échanges, à la recherche de la compréhension mutuelle. Elles sont facteurs de paix.

Monsieur le Ministre, nous sommes certains que vous êtes conscient de l’importance de Mémorial et du travail qu’il mène depuis vingt-cinq ans et nous espérons que vous ferez tout pour sauvegarder cette belle association qui suscite dans le monde entier une très haute appréciation et un grand souffle d’espoir.


 

Signataires :

Catherine Achin, Professeure de science politique Université Paris Dauphine

Galia Ackerman

Carole Ajam, conservateur  à la Bibliothèque de documentation internationale contemporaine (BDIC), secteur russe,  Université de Paris Ouest Nanterre

Janine Altounian, Essayiste, Traductrice (Œuvres complètes de Freud dir. Laplanche)

Elisabeth Anstett, anthropologue, chargée de recherches au CNRS

Philippe Artières, historien, Directeur de recherches au CNRS,LAHIC, Institut Interdisciplinaire d’Anthropologie du Contemporain, EHESS (Paris)

Henriette Asséo, Directrice scientifique du programme européen Migrom, FMSH Paris

Stéphane Audoin-Rouzeau, Directeur d’études à l’EHESS

Enrique Ballón-Aguirre, Emeritus Professor, Arizona State University

Christophe Barthélémy enseignant en histoire-géographie, Moscou

Michel Barthélémy, Sociologue, CNRS

Gilles Bataillon, Directeur d’études, EHESS

Rodolphe Baudin, Maître de conférences à l’Université de Strasbourg

Anne Bazin, Maître de conférences en science politique, Sciences Po Lille

Danièle Beaune-Gray, Maitre de conférences honoraire, Université de Provence I, Aix en Provence

Delphine Bechtel, Université Paris Sorbonne et CIRCE-EUR’Orbem

Ewa Bérard, historienne, chercheur au CNRS

Wladimir Berelowitch, directeur d’études à l’EHESS (Centre d’études des mondes russe, caucasien et centre-européen)

Alexis Berelowitch, Sociologue

André Berelowitch, historien, chercheur associé au Centre d’études russes, caucasiennes et centre-européennes de l’EHESS.

Dietrich Beyrau, Professeur émérite, Université de Tübingen

Isabelle Bielecki, écrivain, Belgique

Charlotte Bigg, chercheur en histoire des sciences au Centre Alexandre Koyré, Paris

Alain Blum Directeur d’études à l’EHESS (Centre d’études des mondes russe, caucasien et centre-européen)

Sylvain Boulouque Historien Enseignant en Lycée.

Alexandre Bourmeyster, professeur émérite, Université Stendhal Grenoble III

Jean Boutier, directeur d’études, EHESS, Marseille

Stéphane Breton, maître de conférences à l’École des hautes études en sciences sociales, Laboratoire d’anthropologie sociale.

Falk Bretschneider, Maître de conférences, École des hautes études en sciences sociales Paris

Sabine Breuillard, Historienne, Bibliothèque russe Tourgueniev, Paris

Juliette Cadiot, Centre d’études des mondes russe, caucasien et centre-européen

Sarah Carton de Grammont, anthropologue, ATER à l’EHESS, Laboratoire d’Anthropologie des Institutions et des Organisations Sociales – Institut Interdisciplinaire d’Anthropologie du Contemporain (LAIOS-IIAC, UMR 8177 CNRS/EHESS)

VIncent Casanova, professeur d’histoire-géographie et coordinateur du Microlycée 93 (Education nationale)

Gwendal Châton, Maître de conférences en science politique, Université d’Angers

Aurelia Chaudagne, trésorière d’Etudes Sans Frontières

Gueorgui Chepelev, chargé de cours, INALCO

Eve Chiapello, Directrice d’Etudes EHESS (Centre d’Etude des Mouvements Sociaux)

Mateusz Chmurski, Université de Lorraine, EUR’ORBEM (UMR 8224, CNRS-Univ. Paris-Sorbonne) et Université de Varsovie

Anna Ciesielska-Ribard, ingénieur d’études en sciences sociales et humaines, Centre de civilisation polonaise, Université Paris-Sorbonne.

Stéphanie Cirac, secrétaire de rédaction, CNRS

Jan Claas Behrends, Historien, Centre for Contemporary History (ZZF), Potsdam, et Humboldt Universität zu Berlin

Sophie Cœuré, professeur d’histoire contemporaine, Université Paris Diderot Paris 7 (ICT – CERCEC)

Yves Cohen, Directeur d’études à l’EHESS (Centre de recherches historiques)

Dominique Colas, Professeur émérite des universités, Sciences Po, Paris

Philippe Comte, maître de conférences de langue et civilisation russes contemporaines, directeur du département des langues, université Paris I Panthéon Sorbonne

Catherine Coquio, Professeur de littérature à l’Université Paris 7

Pierre Cornu, Professeur d’histoire contemporaine, Université Lumière – Lyon 2

Laurent Coumel, chercheur contractuel, CERCEC-CNRS

Marta Craveri, Chercheur au Centre d’études des mondes russe, caucasien et centre-européen

Boris Czerny, professeur à l’université de Caen-Basse Normandie

Dorota Dakowska, Maître de conférences en science politique, Université de Strasbourg.

Pierre Dard, bibliste, Centre Théologique de Meylan

Françoise Daucé, Directrice d’études à l’EHESS (Centre d’études des mondes russe, caucasien et centre-européen)

Isabelle Davion, Maître de conférences à l’Université Paris-Sorbonne, UMR IRICE

Philippe de Lara, maître de conférences à l’université Panthéon Assas, Paris

Tatiana Debbagi Baranova, maître  de conférences en histoire moderne, Université Paris Sorbonne (Paris IV)

Magali Delaloye, Assistante docteure, Université de Lausanne, Suisse

Laure Delcour, responsable scientifique du projet « Exploring the Security-Democracy Nexus in the Caucasus » (CASCADE, 7ème PCRD UE), FMSH

Myriam Désert, professeur, Université Sorbonne-Paris 4

Frédéric Dessberg, maître de conférences en histoire contemporaine, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne/écoles de Saint-Cyr Coëtquidan

Frédérik Detue, maître de conférences en littérature comparée à l’université de Poitiers

Agnès Devictor Maitre de conférences, Histoire du cinéma, Université de Paris 1 Panthéon Sorbonne

Alexandre Diukov, directeur de la fondation Mémoire historique

Jean-Pierre Dozon, directeur d’études à l’EHESS

Cloé Drieu, chargée de recherche au CNRS, Centre d’Etudes turques, ottomanes, balkaniques et centrasiatiques (CETOBAC)

Michel Duc Goninaz, ancien maître de conférences de russe à l’Université de Provence

Vincent Duclert, historien, chercheur à l’EHESS, Centre d’études sociologiques et politiques Raymond Aron

Marie-Elizabeth Ducreux, directrice de recherche au CNRS, Centre de Recherches Historiques, EHESS, Paris.

Stéphane A. Dudoignon, Directeur, Institut d’étude de l’islam et des sociétés du monde musulman, EHESS, Paris

Grégory Dufaud, historien, associé au CERCEC (CNRS;EHESS) et au CRHS (Paris I)

Sylvain Dufraisse, doctorant en histoire, CRHS, Université Paris I Panthéon-Sorbonne

Sabine Dullin, Professeur à l’université de Lille 3

Cédric Durand, Maître de conférences, Centre d’Économie de Paris Nord (CNRS/Université Paris 13)

David El Kenz, MCF histoire moderne, Université de Bourgogne

Marc Elie, Chargé de recherches au CNRS (Centre d’études des mondes russe, caucasien et centre-européen)

Annie Epelboin, Université Paris VIII

Barbara Essaian, conservateur-restaurateur de peinture , Paris

Elisabeth Essaïan, Architecte, maître-assistant à l’ENSAPVS, chercheur à l’IPRAUS/UMR AUSser

Gilles Favarel-Garrigues, Chargé de recherche au CNRS (Centre d’études et de recherches internationales)

Jean-François Fayet, Chercheur senior FNS-Université de Lausanne

Kristian Feigelson , Sociologue, Université Sorbonne-Nouvelle

Olivier Ferrando, chercheur associé (Centre d’études et de recherches internationales)

Antonio Ferrara, historien

Maria Ferretti, Professeur d’histoire contemporaine à l’Université de la Tuscia (Viterbo)

Marc Ferro, Historien, directeur d’études à l’EHESS

André Filler, Maître de Conférences, Département d’Etudes Slaves, Université Paris VIII

Jean-Louis Fournel, Professeur à l’Université Paris 8

Geneviève Fraisse, directrice de recherche CNRS

Xavier Galmiche, Professeur à l’Université Paris Sorbonne, Eur Orbem (Cultures et sociétés d’Europe orientale, balkanique et médiane)

Anne Gazier, juriste, Université Paris Ouest Nanterre La Défense

Carlo Ginzburg, Professeur émérite la Scuola Normale di Pisa

Jean Giot, professeur émérite, Université de Namur, Belgique

André Godin, historien, directeur de recherche honoraire au CNRS (Paris)

Alexandra Goujon, maître de conférences à l’université de Bourgogne

Catherine Gousseff, Historienne, CNRS, Centre d’étude des mondes russe, caucasien et centre européen (CNRS-EHESS)

Dmitri Gouzévitch, historien, CERCEC (Centre d’études des mondes russe, caucasien et centre-européen), l’EHESS, Paris

Irina Gouzévitch, historienne, Centre maurice Halbwachs, Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, Paris

Paul Gradvohl, professeur de l’Université de Varsovie, directeur du Centre de civilisation française et d’études francophones

Bruce Grant, Professor of Anthropology at New York University

Andrea Graziosi, Professeur à l’Université de Naples

André Grelon, directeur d’études à l’Ecole des hautes études en sciences sociales

Armelle Groppo, présidente de Association française des russisants

Susan Gross Solomon, Professor, Political Science, University of Toronto

Agnieszka Grudzinska,  Professeur, UFR d’Etudes Slaves, Université Paris Sorbonne, EUR’ORBEM

Caterina Guenzi, Maître de conférences à l’EHESS (Centre d’études de l’Inde et de l’Asie du Sud)

Magdaléna Hadjiisky, Maître de Conférences en Science Politique, Université de Strasbourg

François Hartog, Directeur d’Etudes, Ecole des Hautes Etudes en Sciences sociales, Paris.

Yves Hersant, directeur d’études à l’Ecole des hautes études en sciences sociales, Paris.

Sophie Hohmann, sociologue, chercheur rattaché au Centre d’Etudes des Mondes russe, caucasien et Est-Européen, EHESS, Paris

Tomáš Hoskovec, président du Cercle linguistique de Prague, Tchéquie

Claudio Ingerflom, Directeur de recherches, CNRS

Jean-Philippe Jaccard, prof. de littérature russe, Université de Genève

Dominique Jambon , conseiller artistique , ex directeur du Centre Culturel Francais de Moscou

Véronique Jobert, Professeur émérite, Université de Paris-Sorbonne, membre de l’Association des Amis de Mémorial France (AAMF)

Anne Jollet, Historienne moderniste, Université de Poitiers

Cécile Jouhanneau, Maîtresse de conférences à l’Université Paul Valéry Montpellier

Anna Joukovskaia, Chargé de recherches au CNRS (Centre d’études russes, caucasiennes et centre-européennes)

Luba Jurgenson, Paris-Sorbonne/CRAL (EHESS)

Michèle Kahn Traductrice, membre active de l’Aamf

Pierre Karila-Cohen, Maître de conférences en histoire contemporaine à l’université Rennes 2, membre junior de l’IUF (2012-2017)

Lucie Kempf, MCF langue et littérature russes, Université de Lorraine

Audrey Kichelewski, maîtresse de conférences en histoire contemporaine, Université de Strasbourg.

Tamara Kondratieva, Professeur émérite à l’Université de Valenciennes

Emilia Koustova, Maître de conférences à l’Université de Strasbourg

Kristina Kovalskaya, doctorante-chercheur à l’EPHE (Groupe Sociétés, Religions, Laicités)

Roman Krakovsky,  chercheur associé au CERCEC (EHESS) et à l’IHTP (CNRS), enseignant à Sciences Po et à l’Université de Genève

Arnaud Kramer – traducteur – ARNOCOM activité libérale

Nikolaï Krementsov, historien, université de Toronto

Dmitry Kudryashov, bibliothécaire, Strasbourg

Michele Lagny, Professeur émérite Université Paris 3

Rose-Marie Lagrave, sociologue, directrice d’études à l’EHESS

Jean Lassègue, chercheur au CNRS (Institut Marcel Mauss, EHESS)

Anne Le Huérou, Département d’études slaves, Université Paris Ouest Nanterre, ISP et CERCEC

Frédérique Leblanc, Maîtresse de conférences en sociologie, Université Paris Ouest Nanterre

Nicole Lemaitre Professeur émérite, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Michel Letté, Enseignant chercheur en histoire au CNAM Paris (Conservatoire national des arts et métiers)

Frédérique Longuet Marx sociologue Université de Caen/EHESS

Sanford M. Jacoby, Distinguished Professor, University of California, Los Angeles (UCLA)

Jurgita Maciulyte maître de conférences à l’université de Vilnius

Susanna Magri, Directrice de recherche émérite au CNRS, Paris, Sociologie

Philippe Mangeot, revue Vacarme, professeur en classes préparatoires

Anne Marie Losonczy, anthropologue, directeur d’études EPHE

Francis Martens, président de la Fédération Nationale des Psychologues Praticiens d’Orientation Psychanalytique de Belgique (APPPsy)

Geneviève Massard-Guilbaud, Directrice d’Etudes à l’EHESS

Marie-Claude Maurel, Directrice d’études à l’EHESS (Centre d’études des mondes russe, caucasien et centre-européen)

Françoise Mayer, maître de conférences (HDR), Département d’études slaves, Université Paul Valéry – Montpellier III

Aude Merlin, chargée de cours en science politique à l’ULB, membre du CEVIPOL

Johann Michael, Professeur des Universités, EHESS/IUF/Université de Poitiers

Yvan Mignot, poète traducteur

Georges Mink, ISP-CNRS, College of Europe

Caroline Moine, maîtresse de conférences en histoire contemporaine, Université de Versailles St-Quentin-en-Yvelines

Ginette Morel, traductrice

Frank Muller, Professeur émérite d’Histoire moderne, Université de Strasbourg

Lion Murard, historien, retraité

Numa Murard, Professeur émérite (Université Paris 7 Diderot)

Véronique Nahoum-Grappe, anthropologue, IIAC, EHESS, Paris

Paolo Napoli, Directeur d’études, Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales

Kostas Nassikas Responsable Médical de la Maison des Adolescents du Rhône

Hélène Naudet, Institut d’études politiques de Paris

Francois-Xavier Nérard, maître de conférences a l’université de Paris 1 Panthéon Sorbonne (CRHS – IRICE)

Laure Neumayer, Maître de conférences en science politique, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Membre de l’Institut Universitaire de France

Georges Nivat, Professeur honoraire à l’Université de Genève

Sophie Noël, MCF, Université Paris 13.

Isabelle Ohayon, chargée de recherches au CNRS,  laboratoire « Centre d’études des mondes russe, caucasien et centre-européen »

Olesya Orlenko, responsable des programmes internationaux, fondation Mémoire historiques

Bella Ostromooukhova, Maître de Conférences, Université Paris-Sorbonne

Jean-Baptiste Para, écrivain et traducteur

Stéphane Péquignot, maître de conférences en histoire médiévale (Ecole pratique des hautes études, Paris)

Marco Perduca, United Nations Representative of the Nonviolent Radical Party, Transnational and Transparty

Cédric Pernette, Maître de conférences en langue et civilisation russes, Université de Paris-Sorbonne et Ecole polytechnique.

Catherine Perron, chargée de recherche à Sciences Po (Centre d’études et de recherches internationales)

Roman Pétrouchine, pédopsychiatre, Centre Hospitalier Le Vinatier Lyon)

Lelia Picabia, professeur émérite, université Paris-8

Mary Picone, Maitre de conférences, EHESS

Daniel Pisters, analyste et informaticien de recherche, poète et écrivain, Belgique, fondateur IMAGINENIGMA, consultant à la CEE & R&D Pharma

Jan Plamper, Professor of History & Postgraduate Convenor Goldsmiths, University of London

Ségolène Plyer, HIS, Université de Strasbourg

Jean-Claude Poirson, je suis réalisateur et producteur de Human Doors Films

Zinaïda Polimenova, ingénieur d’étude en appui à la recherche, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

François Pouillon, Directeur d’études (émérite) à l’EHESS

Valérie Pozner, Directrice de recherches au CNRS (Arias/Thalim)

Bernard Pudal, Professeur Emérite de Science Politique de l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense

Philippe Pumain, architecte

Christelle Rabier, maîtresse de conférences, Ecole des hautes études en sciences sociales

Jean Radvanyi, Docteur d’Etat, Professeur des Universités à l’INALCO Paris France

François Rastier, Directeur de recherche, CNRS, Paris

Jean-Robert Raviot, Professeur des universités, Université Paris Ouest Nanterre La Défense

Amandine Regamey, Université de Paris 1 et CERCEC

Luiz Renato Martins, Professeur à l’Université de São Paulo, Brèsil (USP – Universidade de São Paulo, Brasil)

Juliette Rennes, enseignante-chercheuse, EHESS

Jacques Revel, historien, directeur d’études à l’EHESS, Paris

Sandrine Revet, chargée de recherche, Sciences Po – CERI

Marie-Pierre Rey, Professeur d’histoire russe et soviétique, Université Paris I Panthéon Sorbonne.

Anne Roche   Professeur émérite Université d’Aix-Marseille

Sylvie Rollet, Professeure des universités en Études cinématographiques. Université de Poitiers

Kathy Rousselet, directrice de recherche à Sciences Po (Centre d’études et de recherches internationales)

Emmanuel Saint-Fuscien , Maître de conférences à l’EHESS

Grégory Salle, Chargé de recherche au CNRS (Centre lillois d’études et de recherches sociologiques et économiques)

Michèle Santucci, professeur agrégée de russe

Dany Savelli, Mcf Toulouse-Jean Jaurès

Maria Savtchenko, professeur de russe, Collège Longchamp et  Lycée St Charles, Marseille

Susanne Schattenberg, directeur du Centre des études de l’Europe de l’Est, Université de Brême, Allemagne

Marie-Karine Schaub, Maître de conférences en Histoire Moderne, Université Paris-Est Créteil.

Jean-Frédéric Schaub, Directeur d’études, Ecole des hautes études en sciences sociales, historien.

Jutta Scherrer, directrice d’études émérite à l’EHESS, Paris

Silvia Serrano, Maître de conférences en science politique, Université d’Auvergne/Cercec

Anna Shapovalova, doctorante à l’Université Charles-de-Gaulle Lille 3 et à l’Université de Brême

Ioulia Shukan, Maitre de conférences, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, ISP et CERCEC

Elisabeth Sieca-Kozlowski, rédactrice en chef (Pipss.org) et chercheur associé au CERCEC

Carole Sigman, Chercheur au CNRS

Elena Smirnova, doctorante à l’Université Paris Diderot Paris VII

Michel Sollogoub Professeur émérite d’économie (Université Paris I Panthéon Sorbonne)

Matthias Steinle, maître de conférences à l’Université Sorbonne-Nouvelle – Paris 3

Alexandre Sumpf, Maître de conférences à l’Université de Strasbourg, membre junior de l’Institut universitaire de France

Virginie Symaniec, éditrice

Jean-Charles Szurek, directeur de recherches au CNRS

Gábor T. Rittersporn, directeur de recherche émérite au Centre national de la recherche scientifique

Gervaise Tassis Randegger, chargée de cours en littérature russe, Université de Genève

Irina Tcherneva, doctorante en histoire à l’EHESS (Centre d’études des mondes russe, caucasien et centre-européen)

Laurent Thévenot, Directeur d’études à l’EHESS (Centre Georg Simmel)

Isabelle Thireau, directrice d’études à l’EHESS (Centre d’Etudes sur la Chine Moderne et Contemporaine)

Françoise Thom, Maître de conférences, Université Paris IV Sorbonne

Julien Thorez, chargé de recherches au CNRS,  laboratoire « Mondes iranien et indien »

Bertrand Tillier, Professeur d’histoire de l’art contemporain, Université de Bourgogne, Directeur du Centre Georges Chevrier / CNRS UMR 7366

Michel Tissier, maître de conférences à l’université Rennes 2

Daniel Todes, Professor, Institute of History of Medicine, The Johns Hopkins University

Renée Triolle, professeur de russe à la retraite

David Tuaillon, chercheur en arts du spectacle et traducteur, docteur de l’université Bordeaux 3 Michel de Montaigne

Charles Urjewicz, Professeur des Universités à l’INALCO

Cécile Vaissié, Professeur des universités (Rennes 2) et membre actif de l’AAMF

Lubomira Valcheva, doctorante à l’EHESS (Centre d’études des mondes russe, caucasien et centre-européen)

Jakob Vogel, Professeur d’Histoire à Sciences Po Paris

Sophie Wahnich, directrice de recherche au CNRS, Paris

Nicolas Werth, Directeur de recherches au CNRS ( Institut d’Histoire duTemps Présent)

Elizabeth Wood, Professeur d’histoire à M.I.T., Cambridge, MA USA

Larissa Zakharova, maître de conférences à l’EHESS (Centre d’études des mondes russe, caucasien et centre-européen)

Jean-Claude Zancarini, professeur émérite à l’ENS de Lyon

Michelle Zancarini-Fournel, professeur émérite, université Lyon1 (Laboratoire de recherches historiques Rhône-Alpes)

Patrick Zylberman, professeur titulaire de la chaire d’histoire de la sante (Ecole des hautes études en sante publique)

 

 

 

Texte russe

20 октября 2014 г.

Министру юстиции РФ

А.В. Коновалову

К вниманию А.К. Орлова,

Чрезвычайного и Полномочного посла РФ во Франции

 

Уважаемый Александр Владимирович,

Мы узнали о том, что Министерство юстиции РФ обратилось в Верховный суд РФ с иском о ликвидации Российского историко-просветительского, благотворительного и правозащитного общества «Мемориал». На протяжении последних трех лет Российское общество «Мемориал» и входящие в него организации  неоднократно подвергались давлению и угрозам. Эта ситуация вызывает у нас большую тревогу, ведь «Мемориал» занимает совершенно особое место в прошлом и настоящем современной России – страны, помнящей о своей истории и вместе с тем способной к глубоким трансформациям. «Мемориал» помогает ей в этом, выполняя уникальную работу, в которой переплетаются история, историческая память и защита прав человека.

За двадцать пять лет своего существования этой ассоциации удалось спасти от забвения сотни тысяч имен, пролить свет на истории тысяч сломанных жизней. Эта кропотливая и самоотверженная работа позволила многим россиянам найти следы своих близких и восстановить разорванные связи с прошлым своих семей, своей страны. Восстанавливая справедливость, способствуя лучшему знанию и пониманию истории России, «Мемориал» помогал российскому обществу в важнейшие моменты его недавнего прошлого вновь обрести волю, достоинство и самоуважение, необходимые, чтобы идти вперед. И то, каким образом была построена эта ассоциация: снизу, благодаря инициативе и самоотверженности множества людей – отражает эту потребность помнить, передавать индивидуальную, семейную, общенациональную память и чувствовать свою ответственность за прошлое, настоящее и будущее страны.

Но «Мемориал» – это больше, чем организация, занимающаяся сохранением памяти и защитой прав человека. «Мемориал» играет огромную роль в интеллектуальной жизни современной России. Его влияние чрезвычайно велико, как внутри страны, так и за рубежом. Мы, французские историки, социологи, философы, представители интеллигенции очень многим обязаны этой организации: публикуемым ею книгам, проводимым по ее инициативе или с ее участием конференциям, круглым столам, выставкам и фестивалям. Эта организация является одной из важнейших интеллектуальных, духовных, эмоциональных нитей, которые связывают нас с Россией. Мы не можем представить себе Россию без «Мемориала» или с «Мемориалом», поставленным в невозможные для работы условия. Это привело бы к исчезновению целого фрагмента общечеловеческой культуры, нашей общей истории.

Современный мир полон источников напряженности, противоречий, насилия. В этих условиях такие организации, как «Мемориал», делают возможными диалог и поиск взаимопонимания. Они помогают сохранять надежду и взаимное доверие.

Уважаемый Александр Владимирович, мы убеждены, что Вы осознаете важность Российского общества «Мемориал» и осуществляемой им на протяжении многих лет работы, и потому надеемся, что Вы сделаете всё, чтобы сохранить эту уникальную организацию, вызывающую огромную симпатию и уважение во всем мире.

Anne Le Huérou

Maîtresse de conférences à l'Université Paris Nanterre, Institut des sciences sociales du politique (ISP UMR 7220), associée au CERCEC (UMR 8083)

More Posts - Website